Exoconscience.com

La vérité nous libérera

Juillet plus froid que la moyenne en Europe – Un astrophysicien israélien affirme que c’est le soleil qui détermine le climat de la Terre, pas le CO2

Juillet plus froid et enneigé que la moyenne en Europe

Terre Brûlante : dévoilement de la vague de chaleur record et poursuite d’un avenir plus frais

L’été 2023 reste frais pour la majorité de l’Europe, et les données le prouvent.

Les relevés de température pour juillet sont arrivés et ils montrent un mois plus froid que la moyenne pour de nombreux pays.

Y compris :

L’Estonie, avec sa température moyenne de 16,6C, soit 1,2C en dessous de la norme multidécennale.

Service météorologique d’Estonie

La Lettonie a également affiché une moyenne similaire, 16,8°C, soit 1°C en dessous de la moyenne.

Service météorologique de Lettonie

Le mois de juillet 2023 en Lituanie s’est terminé avec une température moyenne de 17,6°C, soit 0,7°C en dessous de la normale.

service météorologique de Lituanie

Le Danemark a clôturé le mois de juillet avec une température moyenne de 15,9°C, ce qui est encore une fois 1°C en dessous de la moyenne multidécennale. De plus, avec des précipitations de 140,8 mm, ce fut le mois de juillet le plus humide du pays jamais enregistré (la moyenne est de 60,9 mm/2,4 pouces) : 

totaux des précipitations, DMI

Juillet en Islande a été très froid, particulièrement dans le NE où des anomalies de -2C ont été affichées.

Bureau météo islandais

La Finlande est également restée au frais le mois dernier, enregistrant des anomalies comprises entre -0,3°C et -1,9°C à travers le pays.

Service météorologique finlandais

Et enfin – mais en aucun cas de manière exhaustive – la Suède a enregistré une anomalie d’env. -1C sous la norme multidécennale.

Ignorant la campagne de promotion de la chaleur triée sur le volet par les réchaufistes, l’Europe, dans l’ensemble et jusqu’à présent, a subi un été anormalement frais, qui persiste maintenant jusqu’en août, et tout :

Les dernières exécutions du GFS appellent également à l’accumulation de neige estivale sur les altitudes les plus élevées du continent, telles que les Alpes, la Scandinavie et l’Islande, des totaux qui devraient rivaliser avec les totaux lourds, mais non déclarés, de la semaine dernière : 

Un astrophysicien israélien acclamé affirme que c’est le soleil qui détermine le climat de la Terre, pas le CO2

Nir Shaviv est un astrophysicien israélien et président du département de physique de l’Université hébraïque de Jérusalem. Il dit que ses recherches, et celles de ses collègues, suggèrent que l’augmentation des niveaux de CO2 ne joue qu’un rôle mineur dans le climat de la Terre par rapport à l’influence du soleil et du rayonnement cosmique.

«Le réchauffement climatique est clairement un problème, mais pas dans les termes catastrophiques des films d’Al Gore ou des alarmistes environnementaux», a déclaré Shaviv. «Le changement climatique existe depuis toujours et il est peu probable qu’il disparaisse. Mais les émissions de CO2 ne jouent pas le rôle principal. L’activité solaire périodique, elle, oui !»

Mais je pensais que 97% des climatologues s’accordaient à dire que l’activité humaine est le principal moteur du changement climatique ?

«Seules les personnes qui ne comprennent pas la science prennent au sérieux la statistique de 97%», répond Shaviv.

«Les résultats de l’enquête dépendent de la personne à qui vous les demandez, de qui est interrogé et de la façon dont les questions sont formulées. De toute façon, la science n’est pas une démocratie. Même si 100% des scientifiques croient quelque chose, une personne avec de bonnes preuves peut toujours avoir raison».

Peut-être que les références du Dr Shaviv peuvent être rejetées…

Le Dr Shaviv s’est inscrit à l’Université du Technion d’Israël – l’équivalent national du MIT – à l’âge de 13 ans et a obtenu une maîtrise tout en servant dans la célèbre unité de renseignement 8200 des Forces de défense israéliennes. Il est retourné au Technion, où il a obtenu son doctorat, après avoir terminé des travaux postdoctoraux au California Institute of Technology et à l’Institut canadien d’astrophysique théorique. Il a également été boursier Einstein à l’Institute for Advanced Study de Princeton.

Donc, ses références sont sérieuses.

On nous dit d’écouter les scientifiques, n’est-ce pas ? Eh bien, il y a peu de personnes plus qualifiées que le Dr Nir Shaviv.

Mais qu’en est-il de l’agenda politique ? Pour avoir ce point de vue, Shaviv a-t-il sûrement été corrompu par la droite, financé par Big Oil ?

«En termes américains, je me décrirais comme libéral sur la plupart des questions intérieures, quelque peu belliciste sur la sécurité», a expliqué Shaviv. «Néanmoins, la position de l’administration Trump sur le changement climatique mondial est correcte, dans la mesure où elle rejette l’orthodoxie du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies».

«Depuis [2003], littéralement des milliards ont été dépensés pour la recherche sur le climat… Pourtant, la sagesse conventionnelle n’a pas changé. Les partisans du changement climatique d’origine humaine ignorent encore l’effet du Soleil sur le climat de la Terre, ce qui bouleverse notre compréhension du changement climatique du XXe siècle».

Shaviv extrapole : «L’activité solaire varie dans le temps. Une variation majeure est d’environ onze ans ou plus, ce qui affecte clairement le climat. Ce principe est connu de tous, mais en 2008 j’ai pu le quantifier en utilisant les données du niveau de la mer. Lorsque le Soleil est plus actif, il y a une élévation du niveau de la mer ici sur Terre. Une température plus élevée fait dilater l’eau. Lorsque le soleil est moins actif, la température baisse et le niveau de la mer baisse. La corrélation est aussi claire que le jour».

«Sur la base de l’augmentation de l’activité solaire au cours du XXe siècle, elle devrait représenter entre la moitié et les deux tiers de tous les changements climatiques», affirme-t-il. «Cela, à son tour, implique que la sensibilité du climat au CO2 devrait être d’environ 1,0 degré lorsque la quantité de CO2 double».

Le lien entre l’activité solaire et le réchauffement et le refroidissement de la Terre est indirect, a-t-il poursuivi…

Les rayons cosmiques galactiques sont un mélange de photons à haute énergie et de particules subatomiques accélérées vers la Terre par des explosions de supernova et d’autres événements violents dans le cosmos. Les rayons cosmiques solaires sont les mêmes, bien que leur source soit le Soleil.

Les rayons cosmiques galactiques et solaires frappant l’atmosphère terrestre créent des aérosols qui, à leur tour, ensemencent des nuages ​​(Svensmark et al), ce qui en fait un acteur crucial du temps et du climat de la Terre. Pendant le minimum solaire, le champ magnétique du Soleil s’affaiblit et la pression extérieure du vent solaire diminue. Cela permet à davantage de rayons cosmiques de l’espace lointain de pénétrer dans l’atmosphère de notre planète et de nucléer davantage de nuages. Ce phénomène est bien sûr exagéré lors d’un grand minimum solaire, tel que celui dans lequel nous entrons probablement maintenant (ou sur le point de se produire au début du cycle solaire 26).

«Les nuages ​​​​sont le parasol de la Terre, et si la couverture nuageuse change pour une raison quelconque, vous avez un réchauffement climatique – ou un refroidissement global». (Roy W. Spencer Ph.D.)

«Aujourd’hui, nous pouvons démontrer et prouver l’effet du soleil sur le climat sur la base d’un large éventail de preuves, des fossiles vieux de centaines de millions d’années, aux lectures de bouées, aux données altimétriques par satellite des dernières décennies», a poursuivi Shaviv. «Nous pouvons également reproduire et imiter les conditions atmosphériques en laboratoire pour confirmer les preuves.»

«Tout cela montre la même chose, la majeure partie du changement climatique est causée par le soleil via son impact sur la charge atmosphérique, ce qui signifie que la majeure partie du réchauffement provient de la nature, un étudiant de première année en physique peut le voir».

«Nos découvertes sont très gênantes pour la sagesse conventionnelle. Nous savons qu’il y a eu de très grandes variations climatiques dans le passé qui n’ont pas grand-chose à voir avec la combustion de combustibles fossiles. Il y a mille ans, la terre était aussi chaude qu’aujourd’hui. Au cours du petit âge glaciaire, il y a trois cents ans, la Tamise gelait plus souvent. Dans les premier et deuxième rapports du GIEC, ces événements ont été mentionnés. En 2001, ils ont disparu. Soudain, plus aucune mention de réchauffement naturel, plus de petit âge glaciaire. Le climat du dernier millénaire a été présenté comme essentiellement figé jusqu’au XXe siècle. C’est une sorte de sélection orwellienne pour s’adapter à un récit prédéterminé».

Le Dr Shaviv dit qu’il n’a accepté aucun soutien financier pour ses recherches de la part de l’industrie des combustibles fossiles.

«Le vrai problème est le financement d’agences de financement comme la National Science Foundation, car ces propositions doivent être examinées par des personnes d’une communauté qui nous exclut», a-t-il déclaré, en raison de son point de vue «non conventionnel».

«Le réchauffement climatique n’est plus une question purement scientifique. Cela a des répercussions sur la société. Il a également pris une dimension moraliste, presque religieuse. Si vous croyez ce que tout le monde croit, vous êtes une bonne personne. Si vous ne le faites pas, vous êtes une mauvaise personne. Qui veut être un pécheur ?»

De l’avis de Shaviv, la croisade mondiale pour limiter et finalement interdire les combustibles fossiles «a des conséquences sociales et économiques réelles». Le passage à des sources d’énergie plus coûteuses entraînera l’industrie des pays plus industrialisés vers des pays plus pauvres, qui peuvent moins se permettre des éoliennes et des panneaux solaires.

«Cela peut être un sacrifice financier que les riches sont prêts à faire», a conclu Shaviv. «Même dans les pays développés, la pression pour renoncer aux combustibles fossiles met les pauvres en danger de geler pendant l’hiver faute de chauffage domestique abordable. La croissance économique des pays du tiers monde sera inhibée s’ils ne peuvent pas emprunter à la Banque mondiale pour développer des centrales électriques bon marché à base de combustibles fossiles. Ce sont de graves problèmes humains ici et maintenant, pas dans un avenir théorique».

source : Electroverse via L’Échelle de Jacob

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x