Exoconscience.com

La vérité nous libérera

Les diktats du changement climatique sont autodestructeurs – mais font aussi partie d’un programme plus vaste

Depuis de nombreuses années, nous anticipons la mise en œuvre de restrictions de grande envergure et transformatrices sur l’industrie et l’agriculture au nom des initiatives de « changement climatique », et il semblerait maintenant que le moment soit venu de commencer le combat. Le premier grand champ de bataille est clairement l’Europe, où les nations individuelles suivent les dictats en matière d’émissions du gouvernement centralisé de l’UE, écrasant leurs propres économies au milieu d’une crise énergétique qu’elles ont elles-mêmes provoquée. Cela semble être de la folie, mais il y a un plus grand agenda en jeu ici.

Aujourd’hui, une rébellion des agriculteurs s’élève à travers l’Europe, les producteurs de la nourriture qui maintient le public en vie étant diabolisés pour avoir refusé de travailler dans des conditions qui les mettraient en faillite. Les règles européennes en matière d’émissions ne concernent pas seulement le carbone, même si c’est un élément important. Elles portent également sur d’autres gaz naturels, notamment le méthane et l’azote, qui sont des sous-produits des grandes exploitations agricoles. À elles seules, les restrictions relatives à l’azote devraient anéantir la plupart des exploitations agricoles aux Pays-Bas, l’un des plus grands pays agricoles de l’UE. L’Allemagne devrait suivre les Pays-Bas avec ses propres règles d’émissions à court terme.

Tout d’abord, il est important de se demander « pourquoi maintenant ? ». Il y a une multitude de raisons. Tout d’abord, le programme climatique de l’UE s’aligne étroitement sur les protocoles climatiques des Nations unies pour l’année 2030 et exige une réduction de 55 % des émissions en moins d’une décennie (et une réduction nette zéro d’ici 2050). Si vous pensez que ces décisions sont prises par des gouvernements individuels, vous vous trompez ; le plan 2030 a été formulé par des institutions mondialistes comme l’ONU et le Club de Rome – les États membres ne font que suivre les ordres. Le calendrier des règles environnementales drastiques a probablement été fixé en 1992 lors du « Sommet de la Terre » à Rio de Janeiro (également connu sous le nom d’Agenda 21).

Pourquoi l’année 2030 ? C’est difficile à dire. Il n’y a pas de base scientifique pour ce calendrier. Rien ne permet d’affirmer que le changement climatique aura un impact environnemental notable d’ici à 2030. Ils veulent juste vraiment que les contrôles du carbone et d’autres mesures soient en place d’ici 2030, et ils ne donnent pas de raison concrète à cela.

Depuis des décennies, des scientifiques rémunérés par l’establishment et des activistes hystériques présentent des prédictions climatiques apocalyptiques, dont aucune ne s’est jamais réalisée. Par exemple, dans les années 1970, les climatologues ont prédit une « nouvelle ère glaciaire » pour l’an 2000 et ce scénario absurde a été largement diffusé par les médias. Ils ont ensuite affirmé que les « pluies acides » allaient tuer la vie dans les lacs d’eau douce dans les années 1980, mais cela ne s’est jamais produit. Après cela, le culte du climat est passé au récit du réchauffement de la planète, prédisant que les calottes glaciaires allaient fondre et que la montée des eaux allait « anéantir les nations » d’ici l’an 2000. Évidemment, cela ne s’est jamais produit.

En 2000, des scientifiques de l’unité de recherche sur le climat en Grande-Bretagne ont déclaré que les chutes de neige étaient une « chose du passé » et que la prochaine génération ne saurait pas ce qu’est la neige. En 2008, des scientifiques de la NASA ont affirmé que l’Arctique serait « libre de glace » d’ici 2018. La liste est encore longue et ce serait hilarant si les personnes qui ont fait toutes ces prédictions erronées n’influençaient pas encore les politiques gouvernementales, mais elles le font.

La citation suivante du Club de Rome, un groupe directement lié à l’ONU, devrait illustrer pourquoi le public a été constamment bombardé de propos catastrophistes sur le climat au cours des dernières décennies. Cette citation est tirée d’un livre intitulé « La première révolution mondiale », publié en 1992. Dans ce document, ils recommandent spécifiquement d’utiliser le réchauffement climatique comme un véhicule :

  • En cherchant un ennemi commun contre lequel nous pourrions nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine et autres problèmes de ce genre feraient l’affaire. Dans leur ensemble et leurs interactions, ces phénomènes constituent effectivement une menace commune qui doit être affrontée par tous ensemble. Mais en désignant ces dangers comme l’ennemi, nous tombons dans le piège, dont nous avons déjà averti nos lecteurs, à savoir confondre les symptômes avec les causes. Tous ces dangers sont dus à l’intervention de l’homme dans les processus naturels, et ce n’est qu’en changeant d’attitude et de comportement qu’on peut les surmonter. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même ».

Cette déclaration provient du chapitre 5 – Le vide, qui couvre leur position sur la nécessité d’un gouvernement mondial. La citation est claire : il faut conjurer un ennemi commun pour inciter l’humanité à s’unir sous une seule bannière, et les élites voient dans la catastrophe environnementale, causée par l’humanité elle-même, la meilleure motivation possible.

Sauf qu’il n’y a pas de catastrophe environnementale, du moins pas dans le récit que l’establishment présente. Elle n’existe tout simplement pas. Il n’y a aucune preuve pour soutenir la théorie du changement climatique causé par l’homme. Aucune. Les températures mondiales n’ont augmenté que d’un degré Celsius au cours du siècle dernier, et il n’existe aucune preuve concrète que ce seul degré de température ait été causé par l’activité humaine.

L’argument principal des climatologues est l’exclusion : Ils affirment qu’il a été prouvé que toutes les autres causes potentielles (y compris le soleil) n’étaient pas à l’origine du phénomène et que, par conséquent, la cause « doit » être l’industrie et les émissions humaines. Mais c’est un mensonge.

Il est intéressant de noter que l’augmentation des températures citée par la NOAA et la NASA coïncide directement avec une augmentation de l’activité solaire au cours des 100 dernières années, selon une étude publiée en 2006. En outre, les scientifiques ont découvert que l’activité solaire en 2022 dépasse les prévisions précédentes. L’activité solaire globale a augmenté en même temps que la terre s’est réchauffée – Imaginez cela.

Les climatologues continuent à écarter le soleil comme cause parce qu’ils disent qu’il n’y a pas assez de données pour soutenir cette idée. Bien sûr, il n’y a pas assez de données parce que tout l’argent va aux scientifiques qui soutiennent la théorie de l’homme ; il n’y a pas de financement pour les scientifiques qui présentent des théories alternatives.

Étant donné que les relevés officiels de température utilisés par les climatologues ne remontent qu’aux années 1880, il est impossible de savoir avec certitude à quelle fréquence ces schémas de réchauffement se produisent réellement et combien de fois la Terre s’est réchauffée d’un degré Celsius au cours des millénaires. Mais cela n’a pas d’importance, car la science du climat ne vise pas à sauver la Terre, mais à créer une excuse pour microgérer chaque aspect de la production humaine et donc de la société humaine.

Pour que les objectifs en matière d’émissions soient atteints d’ici à 2030, des changements radicaux de société devront avoir lieu au cours des huit prochaines années. Le tissu même de notre système commercial actuel et de la chaîne d’approvisionnement mondiale devra être mis en lambeaux et remplacé par un modèle de production extrêmement limité. Non seulement cela, mais la population humaine devra être réduite par milliards. Ce modèle sera artificiellement contenu dans des directives climatiques arbitraires fixées par des organes directeurs non élus au nom de l’arrêt de changements environnementaux dont il n’a pas été prouvé qu’ils étaient causés par les êtres humains. Ce qu’il accomplit, c’est la formation d’un cadre autoritaire, dont les mondialistes diront qu’il est « justifié sur le plan environnemental. »

Source : https://www.zerohedge.com/geopolitical/climate-change-dictates-are-self-destructive-also-part-bigger-agenda

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x