Exoconscience.com

La vérité nous libérera

5 expériences psychologiques qui expliquent le monde moderne

Le monde est un endroit déroutant. Les gens font des choses qui n’ont aucun sens, pensent des choses qui ne sont pas étayées par des faits, endurent des choses qu’ils n’ont pas besoin d’endurer, et attaquent vicieusement ceux qui tentent de porter ces choses à leur attention.

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi, vous êtes au bon endroit.

Tout lecteur occasionnel du paysage médiatique alternatif finira par trouver une référence à Stanley Milgram, à Philip Zimbardo, à l’« expérience d’Asch » ou peut-être aux trois.

La « dissonance cognitive », la « diffusion de la responsabilité » et l’« impuissance acquise » sont des expressions qui reviennent régulièrement, mais d’où viennent-elles et que signifient-elles ?

Eh bien, voici les expériences psychosociales importantes qui nous enseignent la façon dont les gens pensent, mais surtout qui expliquent comment fonctionne notre monde moderne et comment nous nous sommes mis dans ce pétrin.

1. L’EXPÉRIENCE DE MILGRAM

L’expérience : Commençons par la plus célèbre. À partir de 1963, le psychologue de Yale Stanley Milgram a mené une série d’expériences aujourd’hui connues sous le nom d’expériences d’obéissance de Milgram.

Le scénario est simple : on demande au sujet A de faire passer un test de mémoire au sujet B et de lui administrer des chocs électriques lorsqu’il fait des erreurs. Bien sûr, le sujet B n’existe pas, et les chocs électriques ne sont pas réels. Au lieu de cela, les acteurs pleurent, demandent de l’aide ou font semblant d’être inconscients, tout en encourageant le sujet A à continuer à administrer les chocs.

La grande majorité des sujets ont poursuivi le test et ont administré les chocs, malgré la détresse du « sujet B ».

La conclusion : Dans son article sur cette expérience, Stanley Milgram a inventé le terme « diffusion de la responsabilité », qui décrit le processus psychologique par lequel une personne peut excuser ou justifier le fait de faire du mal à quelqu’un si elle croit que ce n’est pas vraiment sa faute, qu’elle ne sera pas tenue responsable ou qu’elle n’a pas le choix.

L’application : Presque littéralement infinies. Toutes les institutions peuvent utiliser ce phénomène pour pousser les gens à agir contre leur propre code moral. L’armée, la police, le personnel hospitalier – partout où il y a une hiérarchie ou une autorité perçue, les gens seront victimes de la diffusion de leur propre responsabilité.

REMARQUE : un film décent a été réalisé sur Milgram et les réactions qu’ont suscitées ses expériences : Experimenter. Ces dernières années, cette expérience a fait l’objet d’un important retour en arrière, avec des articles dans les médias attaquant les résultats et la méthodologie et de nouveaux « chercheurs » affirmant que « cela ne prouve pas ce que vous pensez ».

*

2. L’EXPÉRIENCE DE STANFORD

L’expérience : L’expérience de Philip Zimbardo, menée à l’université de Stanford en 1971, est à peine moins célèbre que celle de Milgram. L’expérience consistait à mettre en place une fausse prison pendant une semaine, avec un groupe de sujets désignés comme « gardiens » et l’autre comme « prisonniers ».

Les deux groupes ont reçu des uniformes, et les prisonniers ont reçu un numéro. Les gardiens ont reçu l’ordre de ne s’adresser aux prisonniers que par leur numéro, et non par leur nom.

Il y avait un certain nombre d’autres règles et procédures, détaillées ici.

En bref, au cours de la semaine, les gardiens sont devenus de plus en plus sadiques, infligeant des punitions aux prisonniers désobéissants et récompensant les « bons prisonniers » afin d’essayer de les diviser. Beaucoup de prisonniers ont simplement accepté les mauvais traitements, et des luttes intestines ont commencé entre les « fauteurs de troubles » et les « bons prisonniers ».

Bien qu’il ne s’agisse techniquement pas d’une « expérience » au sens le plus pur du terme (il n’y avait pas d’hypothèse à tester, ni de groupe de contrôle), et qu’elle soit peut-être influencée par les « caractéristiques de la demande », l’étude révèle des modèles de comportement intéressants chez ses sujets.

La conclusion : Les gardiens de prison sont devenus sadiques. Les prisonniers sont devenus obéissants. Tout cela en dépit du fait qu’aucune loi réelle n’a été enfreinte, qu’il n’y a pas d’autorité légale réelle et qu’il n’y a pas d’obligation réelle de rester. Si vous donnez du pouvoir aux gens et déshumanisez ceux qui sont en dessous d’eux, ils deviendront sadiques. Si vous mettez les gens en prison, ils agiront comme s’ils étaient en prison.

En bref, les gens agiront de la manière dont ils sont traités.

L’application : Encore une fois, sans fin. Nous l’avons vu à travers le Covid, si vous commencez à traiter les gens d’une certaine manière, la majorité va s’y plier et blâmer la minorité qui refuse de coopérer. Pendant ce temps, les forces de police du monde entier ont soudainement reçu de nouveaux pouvoirs, et en ont rapidement abusé parce que les personnes sans masque et non-vaccinées avaient été déshumanisées à leurs yeux. Ces réactions ont été conçues, pas accidentelles.

*

3. L’EXPÉRIENCE DE ASCH

L’expérience : Une autre expérience sur la conformité, pas aussi brutale que celle de Milgram ou Zimbardo, mais peut-être plus troublante dans ses résultats.

Menée pour la première fois par Solomon Asch dans les années 1950, la configuration est simple. Vous constituez un panel de sujets, un vrai sujet et une poignée de faux sujets.

L’un après l’autre, les sujets sont invités à répondre à une série de questions à choix multiples dont la réponse est toujours évidente, et tous les faux sujets auront toutes les mauvaises réponses. La question est de savoir si le vrai sujet maintiendra sa propre réponse correcte ou s’il commencera à se conformer au groupe.

La conclusion : Bien que la plupart des personnes aient maintenu leurs bonnes réponses, le « taux d’erreur » dans le groupe expérimental était de 37% contre moins de 1% dans le groupe de contrôle. Cela signifie que 36 % des sujets ont finalement commencé à modifier leurs réponses pour s’aligner sur le consensus, même s’ils savaient qu’elles étaient fausses.

Environ un tiers des personnes font semblant de changer d’avis par souci de conformité ou, ce qui est plus alarmant, modifient réellement leurs croyances si elles se retrouvent en minorité.

L’application : Sondages mis en scène ou inventés, décomptes de voix falsifiés lors d’élections, comptes robots sur les médias sociaux, campagnes d’astroturfing. Titres des médias proclamant « tout le monde sait X » ou « seulement 1% des gens pensent Y ».

Il existe un grand nombre d’outils que vous pouvez utiliser pour créer l’impression d’un faux « consensus », d’une « majorité » fabriquée.

REMARQUE : Cette expérience a été réalisée des millions de fois avec des dizaines de variantes, mais la découverte la plus intéressante est sans doute que le fait d’inclure dans le panel une seule autre personne qui est d’accord avec le sujet testé semble réduire la conformité de 87 %. En gros, les gens détestent être une voix isolée mais tolèrent d’être en minorité s’ils bénéficient d’un certain soutien. Bon à savoir.

*

4. L’EXPÉRIENCE DE DISSONANCE COGNITIVE DE FESTINGER

L’expérience : L’expérience la moins connue de la liste, mais à certains égards la plus fascinante. En 1954, Leon Festinger a créé une expérience pour évaluer le phénomène de la dissonance cognitive.

Un sujet se voit confier une tâche physique répétitive et ennuyeuse (à l’origine, il s’agissait de tourner des chevilles en bois, mais d’autres variantes utilisent d’autres tâches).

Une fois la tâche terminée, le sujet est chargé d’aller préparer le sujet suivant (en fait un assistant de laboratoire) à la tâche, en lui mentant et en lui disant combien la tâche était intéressante.

C’est à ce moment que les sujets sont divisés en deux groupes, l’un se voit offrir 20 dollars pour mentir, l’autre seulement 1 dollar.

C’est la véritable expérience.

La conclusion : Après avoir menti aux faux sujets et avoir reçu leur argent, les vrais sujets participent à une interview post-expérience et enregistrent leurs véritables pensées sur la tâche.

Il est intéressant de noter que le groupe des 20 dollars a généralement dit la vérité, à savoir qu’il a trouvé la tâche ennuyeuse et répétitive. Alors que le groupe à un dollar, plus souvent qu’autrement, a affirmé avoir réellement apprécié la tâche.

C’est la dissonance cognitive en action.

Essentiellement, pour le groupe à 20 dollars, l’argent était une bonne raison de mentir à leurs camarades de test, et ils pouvaient justifier leur propre comportement dans leur tête. Mais pour le groupe à 1 dollar, la maigreur de la récompense rendait leur malhonnêteté injustifiable en interne, et ils devaient donc créer inconsciemment leur propre justification en se convainquant qu’ils ne mentaient pas du tout.

En résumé, si vous offrez aux gens une petite récompense pour faire quelque chose, ils feront semblant d’y prendre plaisir, ou d’être autrement investis, pour justifier le fait de ne faire qu’un petit bénéfice.

L’application : Les casinos, les jeux informatiques et d’autres médias interactifs utilisent ce principe en permanence, en offrant aux joueurs une très faible rémunération, sachant qu’ils se convaincront qu’ils aiment jouer. Les grandes entreprises et les employeurs peuvent également s’appuyer sur ce phénomène pour maintenir des salaires bas, sachant que les travailleurs faiblement rémunérés disposent d’un mécanisme psychologique qui peut les convaincre qu’ils aiment leur travail.

REMARQUE : Une variante de cette expérience introduit un troisième groupe, qui n’est pas payé pour mentir. Ce groupe n’est pas affecté par la dissonance cognitive et évaluera honnêtement la tâche tout comme le groupe bien rémunéré.

*

5.LE THÉORÈME DES SINGES

L’expérience : Il s’agit d’un ajout quelque peu controversé à la liste, mais nous y reviendrons plus tard. Il s’agit d’une expérience très célèbre dont vous avez probablement entendu parler des dizaines de fois.

Dans les années 1960, des scientifiques de Harvard ont placé cinq singes dans une cage avec une échelle au milieu. Au sommet de l’échelle se trouve un tas de bananes, mais chaque fois qu’un singe essaie de grimper sur l’échelle, il est aspergé d’eau glacée. Finalement, les singes apprennent à éviter l’échelle.

Puis on enlève un singe et on en introduit un nouveau. Il se dirige naturellement vers l’échelle et se fait attaquer par les quatre autres singes.

Puis un deuxième singe est retiré et un autre nouveau singe est introduit. Il se dirige naturellement vers l’échelle et se fait attaquer par les quatre autres singes… y compris celui qui n’a jamais été pulvérisé.

Ils continuent à remplacer chaque singe à tour de rôle, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun singe qui ait jamais été aspergé d’eau, et pourtant ils refusent tous de s’approcher de l’escalier et empêchent tous les nouveaux singes de le faire.

La conclusion évidente est que les gens peuvent être conditionnés pour suivre aveuglément des règles qu’ils ne comprennent pas.

Le seul problème, c’est que rien de tout cela n’est jamais arrivé.

Oui, c’est la controverse dont j’ai parlé plus tôt. Bien qu’on la trouve facilement sur tous les coins d’Internet, que des articles de magazines l’expliquent et que des animations la racontent… elle n’a jamais eu lieu. L’expérience semble être entièrement apocryphe.

Pas d’échelle, pas de singes, pas d’eau froide.

Si cette prétendue expérience ne nous apprend rien sur la mentalité du troupeau, elle explique en revanche le monde moderne, car elle nous montre avec quelle facilité un mythe peut devenir réalité à force d’être répété.

BONUS : THÉORÈME DES SINGES REDUX

C’est vrai, ça ne s’arrête pas là, il y a un autre rebondissement.

National Geographic a en fait recréé l’expérience fictive de l’échelle de singe en utilisant des personnes :

Un sujet entre dans la salle d’attente d’un médecin remplie de faux patients. Lorsqu’une cloche retentit, tous les faux patients se lèvent pendant une seconde, puis reprennent leur place.

Après que ce processus se soit répété plusieurs fois, les faux patients sont lentement retirés un par un jusqu’à ce qu’il ne reste que le sujet de l’expérience. Ensuite, de vrais sujets secondaires sont introduits un par un.

L’expérience cherche à répondre aux questions suivantes :

a) Le sujet initial se lèvera-t-il au son de la cloche sans savoir pourquoi ?

b) Va-t-il continuer à se lever lorsqu’il est seul dans la pièce ?

c) Enseigneront-ils ensuite ce comportement aux nouveaux sujets ?

La réponse à ces trois questions semble être « oui ».

Bien qu’elle soit beaucoup moins scientifique que les quatre autres expériences, je l’inclus ici pour une raison très spécifique. La vidéo de l’expérience ci-dessus ne se contente pas d’enregistrer le comportement de conformité, mais le décrit comme potentiellement bénéfique. Elle ajoute que le comportement de troupeau sauve des vies dans la nature et que c’est « la façon dont nous apprenons à nous socialiser ».

Un point de vue très intéressant, vous ne trouvez pas ?

Ainsi, alors que la fausse expérience sur les singes qui n’a jamais eu lieu a été utilisée pour nous enseigner les dangers de la mentalité de troupeau, sa non-existence nous enseigne en fait les dangers des sources non primaires et la capacité de la conscience de groupe à confabuler.

Pendant ce temps, la véritable expérience sur les singes est utilisée pour nous vendre l’idée que la mentalité de troupeau existe, mais qu’elle est potentiellement une bonne chose. Il est possible que tout cela ait été mis en scène, simplement pour promouvoir la conformité.

…Le monde n’est-il pas un endroit étrange et déroutant ?

*

Donc, ils sont là. Cinq des recherches psychologiques les plus importantes jamais réalisées. Espérons qu’à l’avenir, personne ne sera laissé dans l’ignorance lorsque ces concepts ou expériences seront mentionnés.

Mais le but de cet article n’est pas seulement de vous faire comprendre, vous, le lecteur, ces expériences… il est aussi destiné à vous rappeler qu’elles existent.

Les gens en charge, l’élite, les 1%, « le Parti ». Les pouvoirs en place – ou qui ne devraient pas l’être – quel que soit le nom que vous voulez leur donner.

Ils connaissent ces expériences. Ils les ont étudiées. Ils les ont probablement reproduites un nombre incalculable de fois à grande échelle et de manière contraire à l’éthique que nous pouvons à peine imaginer. Qui sait exactement ce qui se passe dans les sombres donjons de l’État profond ?

Souvenez-vous simplement qu’ils savent comment fonctionne l’esprit humain.

  • Ils savent qu’ils peuvent faire faire n’importe quoi aux gens s’ils les rassurent qu’ils ne seront pas tenus responsables.
  • Ils savent qu’ils peuvent compter sur les gens pour abuser de tout pouvoir qui leur est donné, OU pour croire qu’ils sont impuissants s’ils sont traités de la sorte.
  • Ils savent que la pression des pairs fera changer d’avis beaucoup de gens, même face à une réalité indéniable, surtout si vous les faites se sentir complètement seuls.
  • Ils savent que si vous n’offrez aux gens qu’une petite récompense pour avoir accompli une tâche, ils inventeront leur propre justification psychologique pour l’accepter.
  • Ils savent que les gens feront aveuglément tout ce que les autres font sans jamais demander de raison.
  • Et ils savent que les gens croiront volontiers quelque chose qui n’est jamais arrivé si cela est répété suffisamment souvent.

Ils savent tout cela. Et ils utilisent ce savoir tout le temps – Tout. Le. Temps.

Chaque publicité que vous voyez, chaque article que vous lisez, chaque film qu’ils sortent, chaque nouvelle, chaque post « viral » sur les médias sociaux, chaque hashtag tendance.

Chaque guerre. Chaque pandémie. Chaque gros titre.

Tous sont construits avec ces principes en tête pour susciter des réactions émotionnelles spécifiques qui orientent votre comportement et vos croyances. C’est ainsi que fonctionnent les médias, non pas pour vous informer, non pas pour vous divertir… mais pour vous contrôler.

Et ils en font une science. N’oubliez jamais cela.

Source : https://www.zerohedge.com/geopolitical/5-psychological-experiments-explain-modern-world

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Samaël
Samaël
27 jours il y a

Idiot ou manipulateur ? L’expérience du singe (même n’ayant jamais existé) ne démontre pas que les singes se transmettent un mythe, au vu du fait que les premiers singes reçoivent bien l’eau, mais démontre la sagesse de la transmission. Si l’un des nouveau singe réussissait à monter l’échelle, ils seraient bien tous arrosés !!! La comparaison avec l’homme est une tentative sataniste de démontrer que nous n’avons pas vu de nos yeux les punitions divines des écritures saintes, donc il est idiot d’y croire ! Ça sent le souffre pour certains, j’en suis certain !!!

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x