Exoconscience.com

La vérité nous libérera

La « Grande Réinitialisation » : Un plan pour détruire la liberté, l’innovation et la prospérité

  • Notez qu’aucune nation n’a réussi à imprimer de l’argent et à taxer ses citoyens sur le chemin de la prospérité. La richesse réelle ne peut pas simplement être créée à partir de rien. Il faut que la valeur de ce que possèdent une nation et ses citoyens soit reconnue.
  • Cependant, plus que toute autre source de richesse nationale, il en est une qui domine les autres : l’innovation. La capacité de l’esprit humain à créer quelque chose de nouveau et de précieux permet à la société de créer des richesses sans fin….. L’innovation est la sauce magique pour générer de la richesse.
  • Les humains qui se battent pour survivre dans ce monde ne gaspillent pas leur temps, leur travail ou leurs ressources dans des projets qui n’offrent aucune perspective de récompense future. Les humains qui travaillent au service de l’État dans le cadre d’économies centralisées ne sont pas incités à innover. Ce n’est que lorsque la propriété privée et la liberté individuelle se combinent que l’innovation humaine peut s’épanouir. La liberté est l’ingrédient secret de la sauce magique de l’innovation pour accroître la richesse.
  • Un pays dont les institutions ne respectent pas les droits de propriété ou dont les coutumes ne valorisent pas la liberté restera un désert aride pour l’innovation humaine. Ainsi, les nations ont tout intérêt à se libéraliser au fil du temps. Si elles ne le font pas, elles deviennent rapidement vulnérables, financièrement et militairement, face à des nations plus innovantes et plus riches. Observant cette simple vérité, les libéraux classiques ont toujours considéré les marchés libres comme la porte d’entrée de l’émancipation humaine. L’intérêt économique personnel, en d’autres termes, conduit finalement à l’expansion des droits de l’homme et des libertés sur toute la planète.
  • L’adhésion des politiciens occidentaux aux paradigmes de la « Grande Réinitialisation » ou de la « Meilleure Reconstruction » du Forum économique mondial ne protège en rien les droits de propriété ou la liberté. L’agenda du FEM promeut des programmes radicalement antilibéraux… [qui] étoufferont l’innovation humaine en privant d’abord les Occidentaux de leurs libertés.
  • Les nations libres et riches sont une menace pour le Nouvel Ordre Mondial du FEM. Si la censure doit être adoptée pour contrôler le « récit », qu’il en soit ainsi. Si les citoyens doivent être privés de leur liberté de mouvement sous prétexte d’une « urgence sanitaire », ce n’est pas grave. Si des comptes bancaires privés doivent être saisis pour intimider les manifestants, alors de telles menaces sont le prix à payer pour assurer la conformité. De cette façon, les plans du FEM pour une économie contrôlée renversent intentionnellement des siècles de progrès libéraux. Les dirigeants politiques d’aujourd’hui entraînent l’Occident dans le passé.
  • D’abord, les libertés individuelles continueront à disparaître. Ensuite, le plus grand moteur économique de tous, l’innovation, se tarira. Enfin, la richesse reviendra uniquement aux mains d’une petite minorité de la « classe dirigeante ». Voilà l’avenir que le Forum économique mondial qualifie de « progrès ». Il n’en est rien. C’est une recette pour l’esclavage humain.

Comment les nations deviennent-elles riches ? Beaucoup ont la chance de disposer d’abondantes ressources naturelles. D’autres conquièrent des terres étrangères. Certaines se spécialisent dans des compétences commerciales et artisanales uniques. Le bois, l’exploitation minière, la pêche, le sucre, le rhum, les stupéfiants, le coton, la soie, l’agriculture, la conquête, l’esclavage humain, l’industrie manufacturière, le pétrole, l’industrie, la banque, et ainsi de suite – selon le siècle et la région, les nations ont atteint une énorme richesse d’une multitude de façons. Notez qu’aucune nation n’a réussi à imprimer de l’argent et à taxer ses citoyens sur le chemin de la prospérité. La vraie richesse ne peut pas simplement être créée à partir de rien. Il doit y avoir une valeur reconnue dans ce qu’une nation et ses citoyens possèdent.

Cependant, plus que toute autre source de richesse nationale, il en est une qui domine les autres : l’innovation. La capacité de l’esprit humain à créer quelque chose de nouveau et de précieux permet à la société de créer des richesses sans fin. Contrairement à l’assouplissement quantitatif des banques centrales et aux autres outils (ou astuces ?) monétaires, le cerveau est réellement une machine à imprimer de l’argent. Qu’un innovateur modifie les techniques agricoles, minières ou manufacturières existantes pour rendre la production moins chère et plus efficace, ou qu’un inventeur conçoive quelque chose d’entièrement unique, la valeur qui n’existait pas hier se matérialise le lendemain. L’innovation est la sauce magique pour générer de la richesse.

Si l’innovation produit de la richesse, pourquoi toutes les nations ne sont-elles pas riches ? Parce que trop de nations ne valorisent pas les innovateurs ou n’encouragent pas l’innovation. En l’absence de droits de propriété fondamentaux, d’institutions sociales fortes et d’un système juridique fiable, les inventeurs potentiels ne sont guère incités à construire quelque chose de nouveau. Les êtres humains qui se battent pour survivre dans ce monde ne gaspillent pas leur temps, leur travail ou leurs ressources dans des projets qui n’offrent aucune perspective de récompense future. Les êtres humains qui travaillent au service de l’État dans le cadre d’économies centralisées ne sont pas incités à innover. Ce n’est que lorsque la propriété privée et la liberté individuelle se combinent que l’innovation humaine peut s’épanouir. La liberté est l’ingrédient secret de la sauce magique de l’innovation pour accroître la richesse.

Lorsque les économistes calculent le produit intérieur brut pour savoir si l’économie d’un pays est en hausse ou en baisse, une mesure de l’innovation devient quantifiable. Ce chiffre contient un élément qui englobe l’ingéniosité humaine, la liberté individuelle et la propriété. De cette façon, l’innovation économique reflète directement la condition humaine à tout moment. Elle fournit une mesure de la liberté d’une nation.

Or, le « libéralisme » tel qu’il est classiquement compris – en tant que philosophie politique englobant les droits naturels, un gouvernement limité, des marchés libres, les libertés politiques et religieuses, et la liberté d’expression, le tout promu et protégé par une règle de droit impartiale et juste – a toujours saisi cette vérité fondamentale. La liberté et les droits de propriété engendrent la créativité. Lorsque ces deux éléments sont appréciés à leur juste valeur, les grands écrivains, artistes et inventeurs produisent des nouveautés qui n’existeraient pas autrement. C’est pourquoi la Florence médiévale a donné naissance à la fois à la banque moderne et à la Renaissance européenne. La liberté personnelle de créer, de construire, d’investir et de posséder des biens génère une innovation et une richesse nationale considérables.

À l’inverse, lorsque les planificateurs centraux d’aujourd’hui plaident en faveur d’un contrôle socialisé des marchés et de la substitution de « droits collectifs » aux « droits individuels » tout en appelant leur programme « libéralisme progressif », ils cooptent et subvertissent la signification historique du libéralisme.

De cette reconnaissance du fait que la liberté d’une nation affecte directement la richesse d’une nation découle une vérité encore plus remarquable : toute nation qui ne parvient pas à embrasser et à protéger la liberté humaine en sera plus pauvre. Un pays dont les institutions ne respectent pas les droits de propriété ou dont les coutumes ne valorisent pas la liberté restera un désert aride pour l’innovation humaine. De cette manière, les nations sont fortement incitées à se libéraliser au fil du temps. Si elles ne le font pas, elles deviennent rapidement vulnérables, financièrement et militairement, face à des nations plus innovantes et plus riches. Observant cette simple vérité, les libéraux classiques ont toujours considéré les marchés libres comme la porte d’entrée de l’émancipation humaine. L’intérêt économique personnel, en d’autres termes, conduit en fin de compte à l’expansion des droits de l’homme et des libertés sur toute la planète.

Maintenant, avec tout cela comme un peu de contexte rudimentaire, comment se fait-il qu’aujourd’hui nous avons des entités telles que le Forum économique mondial (FEM) poussant pour une « Grande Réinitialisation » radicale de la société occidentale qui promet de menotter les marchés libres avec la réglementation économique tout en concentrant le pouvoir dans les mains d’une petite coalition internationale de planificateurs économiques centraux – plus particulièrement le leur ? Comment la promesse d’un avenir où les gens « ne posséderont rien et seront heureux » pourrait-elle être propice à une société libre et productive – ou même à une société heureuse ? Comment un avenir dans lequel toute l’énergie est contrôlée par des organes directeurs internationaux et des sociétés multinationales peut-il fournir aux individus les éléments institutionnels nécessaires à une innovation sans fin ? Comment les agriculteurs peuvent-ils faire vivre des populations plus nombreuses et plus prospères alors que les gouvernements occidentaux continuent à étouffer la production agricole par la réglementation et l’expropriation ?

Les questions se répondent d’elles-mêmes. L’agenda du FEM promeut des programmes radicalement antilibéraux tels que l’utilisation de l’intelligence artificielle pour censurer la dissidenceréguler la liberté d’expression, et même effacer les idées d’Internet. Ses efforts répressifs pour contrôler toute l’énergie des hydrocarbures et la production agricole du bétail et des cultures étoufferont l’innovation humaine en privant d’abord les Occidentaux de leur capacité à créer, inventer et cultiver de la nourriture. Ses politiques trahissent des millénaires de progrès de la civilisation occidentale en remplaçant le respect du choix individuel et du libre arbitre par une gestion descendante de l’activité humaine au moyen des instruments contondants que sont la force et la coercition. Ses motivations sont indiscutablement anti-humaines à la base, car chaque vie humaine individuelle est traitée comme rien de plus qu’un rouage ou un intrant qui peut être manipulé dans le cadre d’une machine sociale contrôlée de manière centralisée. Lorsque les Occidentaux sont réduits à des uns et des zéros qui sont triés et déplacés par les codes de programmation sociale du FEM pour un « avenir meilleur », les constructeurs obéissent mais ne créent plus.

Alors que la liberté individuelle a libéré l’esprit humain et généré une énorme prospérité en Occident, la pression du Forum économique mondial en faveur d’un système économique centralisé écrasera les droits, étouffera la créativité et produira en masse la pauvreté et la servitude. Ses partisans, en fait, semblent surtout déterminés à utiliser une combinaison de pandémie, de famine et de peur pour centraliser la domination pour eux-mêmes.

Afin de persuader les Occidentaux de renoncer à plus et de se contenter de moins, le FEM et ses alliés mondialistes leur promettent une future utopie. Mais, comme pour tous les mensonges du même genre jamais racontés pour justifier l’acquisition extraordinaire du pouvoir, ils ne tiendront pas leurs promesses. Après tout, aucune société n’a jamais reçu autant de promesses que dans la Constitution de l’URSS de 1936 de Staline – ni n’a été traitée de manière aussi abjecte par la suite. Malgré ses affirmations contraires, les directives de mission du FEM inversent intentionnellement les tendances occidentales vers une plus grande liberté humaine, une mobilité sociale et une richesse plus largement accessible – ou ce qui, à une autre époque, aurait été considéré à juste titre comme un véritable progrès libéral.

Bien que le FEM et ses organisations sœurs prétendent « sauver la planète », leurs efforts semblent avant tout un ignoble dessein de contrôle de la planète. L’énergie « propre », après tout, est une énergie contrôlée ; et plus cette énergie est contrôlée par des gouvernements centralisés, plus les marchés autrefois libres deviennent complètement contrôlés de manière centralisée. Si chaque entrepreneur potentiel doit d’abord recevoir la permission d’utiliser l’électricité avant de produire quoi que ce soit de nouveau, alors aucun entrepreneur ne peut prospérer sans la bénédiction des autorités centrales. Si l’industrie manufacturière est considérée comme une « menace pour la planète », aucune entreprise indépendante ne peut innover ou créer des richesses sans demander et obtenir au préalable l’approbation du gouvernement. S’il est interdit aux consommateurs d’acheter quoi que ce soit sans autorisation préalable, les marchés libres se transforment en marchés contrôlés.

Si l’on pousse cette tendance jusqu’à sa conclusion logique, mais communiste, la propriété privée devient antithétique par rapport aux objectifs de l’État. Nous voyons déjà la subversion inquiétante de la propriété privée aujourd’hui avec les normes dites ESG (Environnementales, Sociales, de Gouvernance) utilisées pour imposer des objectifs industriels et manipuler les marchés libres. Étant donné que le contrôle de l’information rend le contrôle des marchés plus facile à gérer, plus l’incertitude économique résultant de la manipulation des marchés est grande, plus la censure continuera de s’exercer. Récemment, même un économiste chevronné qui avait correctement déclaré que l’économie américaine était entrée en récession a vu ses recherches « vérifiées » et « corrigées » par les amis du gouvernement américain sur Facebook. Lorsque les marchés libres sont attaqués, la liberté d’expression l’est inévitablement aussi. Les bienfaits individuels du libéralisme ne sont pas faciles à disséquer du corps politique sans entraîner inévitablement la mort du libéralisme dans son ensemble.

Aujourd’hui, le problème peut être le « changement climatique », le COVID-19 ou les « approvisionnements alimentaires durables », mais le problème énoncé ne semble jamais être autre chose qu’une campagne de relations publiques pour tromper les masses. Il semble toujours n’être qu’une excuse jetable destinée à séduire les Occidentaux pour qu’ils donnent à une petite cabale d’ »élites » le pouvoir et le contrôle sur tous les autres. Convaincre l’humanité que les marchés libres conduiront inévitablement à une sorte d’apocalypse apparaît de plus en plus comme le seul objectif politique qui compte. Il se pourrait bien que ce soit le tour le plus diabolique que ceux qui ont le pouvoir aient jamais joué contre ceux qui n’ont aucun pouvoir. La peur est utilisée de manière experte comme un outil de torture pour convaincre les Occidentaux de renoncer volontairement à leur propre liberté. Le mantra innocent qu’on leur chuchote à l’oreille est simple : Faites-nous confiance, humanité, nous vous sauverons. L’implication, cependant, est bien plus sinistre : Pour votre propre bien, vous devez être amenés à apprécier vos nouvelles chaînes.

Remarquez que pour que le Forum économique mondial réussisse dans sa mission de contrôle de toute l’activité humaine, il doit d’abord détruire la souveraineté des États-nations. Pourquoi ? Parce que, comme indiqué ci-dessus, les nations libérales qui embrassent la liberté d’expression, la liberté de pensée et l’esprit d’entreprise du marché libre favorisent l’innovation et la grande richesse. Toute nation qui n’est pas encombrée par les proscriptions du marché du FEM continuera très probablement à prospérer, tandis que celles qui sont enchaînées à la « Grande Réinitialisation » languiront très probablement. C’est la raison pour laquelle les politiciens occidentaux ont travaillé si dur ensemble pour faire passer leurs propositions de « reconstruire en mieux », sans tenir compte des souhaits des citoyens votants de chaque nation.

Les nations libres et riches sont une menace pour le Nouvel Ordre Mondial du FEM. Si la censure doit être adoptée pour contrôler le « récit », qu’il en soit ainsi. Si les citoyens doivent être privés de leur liberté de mouvement sous prétexte d’une « urgence sanitaire », ce n’est pas grave. Si des comptes bancaires privés doivent être saisis pour intimider les manifestants, alors de telles menaces sont le prix à payer pour assurer la conformité. De cette façon, les plans du FEM pour une économie contrôlée renversent intentionnellement des siècles de progrès libéraux. Les dirigeants politiques d’aujourd’hui entraînent l’Occident dans le passé.

D’abord, les libertés individuelles continueront à disparaître. Ensuite, le plus grand moteur économique de tous, l’innovation, se tarira. Enfin, la richesse reviendra uniquement aux mains d’une petite minorité de la « classe dirigeante ». Voilà l’avenir que le Forum économique mondial qualifie de « progrès ». Il n’en est rien. C’est une recette pour l’esclavage humain.

Source : https://www.zerohedge.com/geopolitical/great-reset-blueprint-destroying-freedom-innovation-prosperity

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x