Exoconscience.com

La vérité nous libérera

La société humaine évolue trop rapidement pour que notre cerveau puisse suivre – Voici ce que vous pouvez faire

S’il n’est pas pris en compte, le stress continuera d’être le moteur de la création de notre monde. Mais avec la conscience, nous pouvons nous diriger vers un avenir prospère.

Il est fascinant de constater qu’une grande partie de nos problèmes modernes, tels que l’augmentation des problèmes de santé mentale et la destruction de l’environnement, peuvent être attribués à nos avancées technologiques fulgurantes et à notre modernisation rapide, toutes motivées par notre modèle économique actuel.

Les armes de pointe, l’IA, les médias sociaux et d’autres technologies nous ont complètement déconnectés de la manière dont nous entretenons des relations avec les autres, gagnons de l’argent, planifions notre avenir, travaillons et vivons en bonne santé. Au lieu que les progrès majeurs prennent 10 ou 20 ans, ils se produisent tous les 1 à 3 ans.

C’est ahurissant. C’est comme si on nous avait donné les clés de l’avenir, mais que nous ne savions pas comment rester dans les limites.

Pourtant, il est intriguant de constater que cette avancée incroyablement désorientante est couplée à d’anciennes prophéties selon lesquelles MAINTENANT est une période majeure où la conscience de l’humanité bascule vers un nouveau monde.

Mais cet effet de désorientation attire notre attention et l’attire rapidement. Il nous donne l’opportunité de créer une évolution consciente par opposition à une évolution inconsciente.

Une évolution consciente signifie : se réveiller et commencer à être plus intentionnel sur la direction que nous prenons plutôt que de laisser la dynamique du marché et le stress humain mener la danse comme cela a été le cas pendant des milliers d’années.

Inadéquation évolutive


Avec tout ce qui change, entre les avancées technologiques, la façon dont nous nous rapportons à nous-mêmes et aux autres, et l’effondrement de nos systèmes actuels, nous avons du mal à rester sains d’esprit et à imaginer ce vers quoi nous nous dirigeons.

Une théorie suggère que si nous nous sentons si désorientés, c’est parce que notre cerveau n’est pas suffisamment évolué pour faire face à des changements d’une telle ampleur. C’est ce que l’on appelle une inadéquation évolutive.

Imaginez un peu : vous êtes un papillon de nuit qui a évolué pour s’orienter à la lumière de la lune. La vie est simple, n’est-ce pas ? Mais l’homme arrive avec sa brillante idée des lampadaires et soudain, vous vous heurtez aux vitres des lampadaires en pensant constamment que vous vous dirigez vers la lune (pauvres papillons de nuit).

Ce décalage entre les caractéristiques évoluées du papillon de nuit et son nouvel environnement est ce que l’on appelle un décalage évolutif.

Essayons-nous de nous orienter vers quelque chose dans notre monde pour en assurer la stabilité et la saillance, alors que les choses changent si vite que nous ne pouvons pas nous y accrocher ?

Cela s’applique-t-il à l’homme ?


Certains affirment que les humains ne sont pas si différents de ces papillons de nuit.

L’hypothèse du décalage évolutif souligne que nous avons été exposés à différents facteurs de stress dans notre environnement naturel par le passé et qu’aujourd’hui, les types de facteurs de stress auxquels nous sommes confrontés, leur rapidité et leur fréquence chronique, font des ravages sur notre bien-être.

Par exemple, notre alimentation et nos habitudes alimentaires sont différentes. Nous avons désormais accès à des aliments produits en masse et nous les consommons en quantités qui ne sont pas naturelles, ce qui entraîne des déséquilibres et des maladies que nous n’observions pas dans le passé, compte tenu de la façon dont nous aurions normalement mangé.

De même, nos habitudes de sommeil sont différentes de ce qui est naturel, nous ne faisons pas assez d’exercice physique et nous manquons même d’espaces verts (dont j’ai déjà parlé ici).

Mais ce n’est pas tout : lorsque nous examinons la manière dont nous concevons nos villes, sur la base de nécessités économiques, nous produisons du stress, des maladies et de la solitude en plus de tout le reste.

Prenons l’exemple de nos instincts sociaux. Nous avons évolué pour nous épanouir dans des tribus soudées de 150 à 600 personnes. Ces groupes nous procurent un sentiment d’appartenance et des liens étroits. Mais aujourd’hui, beaucoup d’entre nous vivent dans des villes tentaculaires remplies d’étrangers, et ce même besoin d’appartenance peut nous donner un sentiment d’isolement et de solitude.

Des études menées sur des animaux sociaux montrent que la promiscuité provoque un stress compétitif qui affecte leur santé et leur fertilité. Les humains vivant dans des villes surpeuplées subissent un stress similaire, ce qui entraîne des problèmes de santé et une baisse du taux de natalité. C’est comme si nous étions en permanence en état de lutte ou de fuite, mais les menaces ne sont pas toujours visibles.

Comme l’indique une étude :

  • « Bien que certains individus puissent subir un stress accru et une diminution de leur condition physique dans le cas d’une densité sociale typique de l’espèce, la condition physique moyenne de la population sera plus élevée dans le cas d’une densité sociale modérée que dans le cas d’une densité sociale extrême. Dans ce cadre, la densité sociale fonctionne comme un facteur de stress, avec des niveaux extrêmement élevés et faibles de densité sociale provoquant des formes de stress différentes. »

Si l’on considère ce phénomène dans ma propre vie, il m’est arrivé de me sentir socialement anxieux, même en présence de groupes de taille moyenne. Cela était plus lié à mes traumatismes antérieurs qu’à quelque chose d’inné dans mon être humain. Cela souligne l’importance de ne pas confondre nos réactions traumatiques actuelles avec ce que nous vivons.

Cependant, même lorsque je vais à Toronto (une grande ville) pour quelques heures, tout en moi indique que ce n’est ni naturel ni sain à long terme. L’énergie qui s’en dégage est tout simplement « hors d’usage ». Il en va de même pour l’isolement. Avec COVID, je me suis sentie trop isolée, ne voyant des gens que quelques fois par mois. Dans les deux cas, les extrêmes ne me semblent pas sains à long terme, et cela me semble être une réaction naturelle.

Bien sûr, nous n’avons pas encore parlé de la manière dont les téléphones et les médias sociaux ont littéralement mis le monde entier dans nos poches, nous connectant à des milliards de personnes d’une manière que nous n’arrivons pas encore à comprendre. Nous ne parlons pas non plus de la façon dont l’IA modifie rapidement notre façon de traiter l’information, de la créer, de faire de l’art et de travailler.

Cela dit, nous constatons que l’inadéquation de l’évolution affecte notre bien-être. En d’autres termes, nous concevons des objets et progressons d’une manière qui ne respecte pas l’équilibre de nos besoins naturels.

Certes, nous pouvons survivre, mais nous ne nous épanouirons pas.

Et plus nous continuerons à utiliser des justifications stupides pour continuer à avancer sans sagesse, plus nous serons malades. La bonne nouvelle, c’est que les jeunes générations ont réévalué les objectifs de la société actuelle et de leurs parents. Chez les jeunes, on observe une évolution vers la priorité accordée à la santé mentale et physique.

Mais sommes-nous à la hauteur de notre potentiel quand il s’agit de suivre le rythme du changement ?

Je me demande souvent jusqu’à quel point nous sommes capables de faire face au changement. La première chose qui me vient à l’esprit est la difficulté d’obtenir une base de référence réaliste de notre capacité à suivre le changement.

C’est difficile parce qu’il semble actuellement que nous ayons moins de résilience pour faire face au changement, étant donné le stress constant que nous subissons. L’efficacité et la flexibilité de notre cerveau, de notre corps et de notre bien-être sont entravées et, en considérant nos capacités, nous nous faisons une fausse idée de ce dont nous sommes capables.

Cela dit, nous sommes ici maintenant, c’est notre moment. C’est donc à nous d’accepter notre situation et de travailler à partir d’elle.

Même si je pense qu’il y a une quantité de changements qui est trop importante pour les humains, je ne veux pas que nous fermions la porte à la résilience et à la capacité que nous pouvons avoir en tant qu’êtres en mesurant notre capacité dans un monde moderne malade.

Ce qu’il faut retenir


La réalité de l’inadéquation évolutive ne signifie pas que nous devons revenir à la vie de nos ancêtres et fuir la technologie. Elle ne signifie pas non plus que nous devions devenir transhumains et augmenter la vitesse de nos cerveaux grâce à des implants. Au lieu de cela, nous pouvons embrasser notre potentiel humain inexploité, concevoir la société d’une meilleure manière et apporter conscience et sagesse au processus.

Prenez l’habitude de ralentir, d’être plus présent et de vous orienter dans votre environnement grâce à vos sens afin que les schémas de stress subconscients ne fonctionnent pas en arrière-plan.

Mangez plus sainement, des repas plus petits et des aliments complets. L’eau est votre amie.

Réfléchissez à des moyens de réduire la promiscuité dans votre vie et d’accroître l’accès à la nature et aux animaux.

Restez en contact avec le monde, mais veillez à ne pas être obsédé par l’exposition constante aux nouvelles et le défilement des médias sociaux. Les discussions sur notre physiologie du stress dans cet article sont en partie la raison pour laquelle j’ai développé ma théorie de la prise de conscience incarnée il y a des années. Être attentif, à l’écoute de son corps, de ses sensations et du moment présent contribue à la manière dont nous assimilons et discernons les informations. Cela nous aide également à voir quand notre physiologie du stress produit des biais.

Prenez le temps de faire régulièrement de l’exercice. Marchez tous les jours, soulevez des objets lourds et évitez de créer des habitudes qui vous maintiennent dans la sédentarité.

En adoptant ces habitudes à petite échelle, nous pouvons contribuer à reconstruire notre résilience individuelle et collective. Il nous sera ainsi plus facile de traverser les périodes de grands changements en toute conscience, et nous aurons la possibilité de façonner notre avenir avec sagesse plutôt qu’avec stress et incitation économique.

Source : https://www.thepulse.one/p/human-society-is-changing-too-fast

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Danielle
Danielle
1 mois il y a

Ce résumé est ce qu’il est dénommé dans le monde scientifique l.EPIGENETIQUE 😉merci tout de même Florent pour ce rappel 🙏🏽

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x