Exoconscience.com

La vérité nous libérera

La troisième guerre mondiale a déjà commencé, et c’est une guerre économique

Dans un article que j’ai publié en avril 2018, intitulé La troisième guerre mondiale sera une guerre économique, j’ai décrit un certain nombre de facteurs qui présagent un conflit à grande échelle entre l’Est et l’Ouest et pourquoi cette guerre serait principalement de nature économique. J’ai enquêté sur la façon dont ce conflit profiterait en fait aux mondialistes et aux institutions mondialistes qui cherchent à faire tomber les économies de plusieurs nations tout en cachant la crise fabriquée derrière un mur de chaos géopolitique et de bruit.

L’objectif ? Convaincre les masses que la souveraineté nationale est un fléau qui ne mène qu’à la mort de masse, et que la « solution » est un système mondial unique – commodément géré par les mondialistes, bien sûr. En d’autres termes, une centralisation accrue est toujours proposée comme solution à chaque problème.

De plus, la guerre elle-même sert de couverture à l’effondrement inflationniste que notre banque centrale et notre gouvernement ont créé. Nous voyons déjà des propagandistes de la fraude, comme l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, tenter d’induire le public en erreur en lui faisant croire que tous nos problèmes d’inflation actuels proviennent de la guerre en Ukraine. Cette affirmation exige une gymnastique mentale impressionnante et un niveau d’ignorance épique, mais Psaki semble n’avoir aucune honte à jouer son rôle de personnage sans âme à la Goebbels.

L’idée que des pays comme la Russie et la Chine finissent par être si étroitement alignés était une question qui suscitait beaucoup de discussions. Les gens prétendaient qu’il y avait trop de disparités et que les pays finiraient par se retourner les uns contre les autres en pleine crise financière.

Eh bien, quatre ans plus tard, nous allons voir si cela est vrai ou non. Jusqu’à présent, il semble que j’avais raison.

Je pense depuis longtemps que certaines nations se préparent à un effondrement du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale (la première monnaie utilisée dans la majorité des échanges commerciaux dans le monde). Ma conviction est que la position économique dominante de l’Amérique est en fait une incroyable faiblesse ; l’hégémonie du dollar n’est pas une force, mais un talon d’Achille. Si le dollar devait perdre son statut de réserve, l’ensemble de l’économie américaine et une partie de l’économie mondiale imploseraient, ne laissant derrière eux que ceux qui se sont préparés – ceux qui ont vu l’écriture sur le mur et ont planifié à l’avance.

La coalition pour l’effondrement du dollar

Quatre nations se sont activement positionnées en vue du crash du dollar : La Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil (cinq si l’on compte l’implication limitée d’une partie de l’Afrique du Sud). Ces pays sont également connus sous le nom de BRICS. Les BRICS sont rarement mentionnés dans les grands médias, mais il y a une dizaine d’années, on en parlait régulièrement.

À l’époque, ma fascination pour les BRICS était principalement due à leurs comportements commerciaux étranges. Plus précisément, leurs accords bilatéraux qui éliminaient le dollar comme monnaie de réserve, et le fait qu’ils stockaient des tonnes et des tonnes d’or.

C’était comme s’ils disposaient d’une sorte d’information privilégiée sur l’imminence d’un conflit économique ou d’une catastrophe, et qu’ils se préparaient à se découpler du dollar et de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Aujourd’hui, alors que la guerre en Ukraine fait rage, il y a un battage constant sur l’union des nations opposées à l’invasion de la Russie, au point que le récit est devenu bizarre. Il y a un incroyable niveau de cultisme dans les médias grand public en ce moment, qui encourage une réaction aveugle de la foule. Ils essaient de susciter quelque chose de très similaire à un vortex comportemental que beaucoup d’entre nous, dans les cercles conservateurs, ont vu des milliers de fois ces dernières années : Les médias occidentaux utilisent la culture de l’annulation contre la Russie.

Il ne s’agit pas simplement d’une admonestation générale du Kremlin ou de Poutine, ce qui serait normal. Il s’agit plutôt d’un rejet pur et simple de tout ce qui est lié de près ou de loin à la Russie, qu’il s’agisse des propriétaires de bars qui jettent toute leur vodka (même si la plupart de celle-ci n’est pas fabriquée en Russie) ou de la Fédération internationale des chats qui interdit certains chats dans les compétitions parce qu’ils sont élevés en Russie.

C’est de la pure folie enfantine, mais une fois encore, nous avons déjà vu cela avec la culture de l’annulation aux États-Unis.

La pensée est totalement collectiviste et ressemble un peu à ceci :

« Nous les exclurons de la ruche et les isolerons. Nous effacerons leur existence et réécrirons leur identité et leur histoire. Puis nous les punirons en leur retirant leur capacité à survivre économiquement jusqu’à ce qu’ils se soumettent et se conforment aux directives des gardiens, dont nous tairons le nom. »

Cela dit, comme la plupart des conservateurs le savent, annuler la culture est une stratégie qui a échoué. Malgré la pression internationale en faveur de l’annulation de la Russie et les affirmations des médias selon lesquelles la Russie est désormais « complètement isolée et seule », le récit est apparemment conçu davantage pour tromper les masses que pour intimider le Kremlin. En fait, ils ne sont pas du tout isolés. Et devinez quels pays refusent catégoriquement de soutenir les actions et les sanctions contre l’invasion de l’Ukraine ?

C’est exact, les autres membres des BRICS.

La Chine a catégoriquement refusé d’accueillir toute sanction et travaille directement avec la Russie pour atténuer les problèmes commerciaux. Comme je le souligne depuis dix ans, ils se sont préparés pour ce moment. Si le reste du monde ne veut pas des exportations et du pétrole russes, la Chine les achètera certainement.

L’Inde est étrangement silencieuse sur l’Ukraine, malgré les pressions incessantes des États-Unis.

Le Brésil et l’Afrique du Sud ont adopté des positions neutres sur l’Ukraine et continuent de commercer avec la Russie. Il semblerait que l’annulation de la Russie ait déjà échoué avant d’avoir réellement commencé.

Le faux récit n’a d’autre but que de donner au public occidental deux fausses impressions :

  • Il fait croire aux gens que la culture d’annulation à l’échelle internationale fonctionne et que la Russie va bientôt plier alors que c’est le contraire qui est vrai.
  • Il fait croire aux gens que tous les risques sont du côté russe alors qu’en réalité, la plupart des risques sont du côté occidental. L’inévitable catastrophe économique n’en sera que plus effrayante lorsqu’elle se produira.

Personnellement, je n’ai aucune affinité avec l’un ou l’autre camp du conflit ukrainien. Je ressens de l’empathie pour le peuple ukrainien, mais certainement pas pour le gouvernement ukrainien et ses partenaires mondialistes. Je n’ai pas non plus d’amour pour Poutine et ses nombreux amis du Forum économique mondial mondialiste.

Cela dit, même si vous pensez qu’un camp a raison et l’autre tort, on ne peut nier que la mentalité de culture d’annulation de l’Occident va conduire à un désastre épique. Ce que les gens ne semblent pas comprendre, c’est que cette calamité fera autant de mal aux États-Unis et à l’Europe qu’à la Russie, si ce n’est plus.

L’armement économique de la forteresse Asie

Les relations économiques étroites entre la Russie et la Chine se transforment rapidement en une « forteresse asiatique » qui garantit une certaine isolation de l’instabilité mondiale.

La Russie exporte un nombre surprenant de matières premières dont de nombreux pays dépendent, des engrais aux métaux industriels comme le nickel et l’aluminium. Mais son principal produit d’exportation est, de loin, l’énergie sous forme de pétrole et de gaz naturel. L’Europe, en particulier, est totalement dépendante de la Russie pour 40 à 50 % de son chauffage et de son électricité. Une réduction des exportations énergétiques russes aurait des effets dévastateurs sur l’Europe dans un an et il est peu probable que d’autres exportateurs soient en mesure de combler le vide à court terme, du moins pas sans une augmentation considérable des prix.

Selon l’AIE, la Russie est le troisième producteur de pétrole au monde, derrière l’Arabie saoudite et les États-Unis, et elle est le premier exportateur sur les marchés mondiaux. Des sanctions contre le pétrole russe entraîneraient un déplacement massif de l’offre et de nombreux marchés se précipiteraient pour combler le vide.

La simple menace d’une réduction du pétrole russe a provoqué de fortes hausses des prix de l’essence aux États-Unis et en Europe. Le prix du Brent est passé de 90 dollars le baril à 130 dollars le baril en l’espace de deux semaines.

Je ne pense pas que cela s’arrêtera là non plus. Je m’attends à ce que le prix du brut grimpe jusqu’à 200 dollars le baril et que le prix de l’essence grimpe jusqu’à environ 7 dollars le gallon avant que l’augmentation du pompage de schiste aux États-Unis ne contribue à équilibrer l’offre (et il s’agit du meilleur scénario possible). Une partie du prix sera due à la spéculation, mais en définitive, sans le pétrole russe, les prix resteront élevés même si la guerre en Ukraine prend fin.

Et c’est ici que nous arrivons à un aspect clé de ce scénario que je ne pense pas que beaucoup de gens prennent en compte. Peu importe que la Russie se retire de l’Ukraine, et certainement peu importe que l’Ukraine se rende. L’aspect économique de la guerre se poursuivra, et ne fera que s’intensifier.

Les représailles dans la guerre économique

Au-delà du pétrole et de l’énergie, l’influence combinée des BRICS a le pouvoir de perturber considérablement le statut de réserve mondiale du dollar américain. La Chine détient à elle seule des milliers de milliards de dollars et de bons du Trésor américain qu’elle peut écouler sur le marché quand bon lui semble. La Chine est le premier exportateur mondial et la plupart des nations, y compris les États-Unis, dépendent de la fabrication chinoise. C’est pourquoi les fermetures draconiennes de l’usine chinoise Covid ont provoqué une tension constante sur la chaîne d’approvisionnement mondiale. Environ 20 % des importations aux États-Unis proviennent de Chine, dont plus de 97 % de nos antibiotiques.

Ensemble, les BRICS contrôlent une grande partie des marchés d’exportation et de fabrication. Ils n’ont même pas besoin de se débarrasser du dollar dans les échanges, il leur suffit de dire qu’ils préfèrent un panier de devises comme les droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (FMI). La valeur du dollar s’effondrerait, et ce au milieu d’une inflation déjà en hausse.

Un autre développement intéressant de la guerre économique est la multiplication des appels à des solutions de crypto-monnaie et de monnaie numérique. Je note que les BRICS ne sont pas les seuls à refuser de s’opposer à la Russie ; il y a aussi la question des institutions mondialistes comme le FMI et la Banque des règlements internationaux (BRI). Il n’est pas surprenant que l’adhésion de la Russie à ces plateformes bancaires mondiales reste sécurisée. La Russie continue de détenir des milliards de dollars de DTS du FMI. Ces deux institutions ont appelé à la mise en place d’un système mondial de monnaie numérique (qu’elles contrôleraient évidemment).

Si la guerre économique mondiale se poursuit sur sa trajectoire actuelle, ce n’est qu’une question de temps avant que les sanctions commerciales ne se transforment en attaques monétaires. C’est là que les États-Unis seront le plus touchés.

Ce n’est peut-être pas une coïncidence si les mondialistes se sont mis en scène pour en tirer profit. En l’absence d’une monnaie de réserve mondiale et alors qu’une crise inflationniste fait rage, ils vont tenter de « sauver la situation » et affirmer qu’ils ont la solution parfaite : Un système mondial de monnaie numérique basé sur la technologie blockchain mais lié au système de panier de DTS du FMI et administré par eux.

En d’autres termes, avec toute l’inflation présente dans les monnaies nationales, le FMI proposera au public une monnaie numérique ou crypto-monnaie qui leur promet plus de stabilité. La crise de confiance inflationniste sera utilisée pour pousser les gens vers un système numérique qui n’a aucune vie privée et qui peut être utilisé pour les contrôler en leur refusant l’accès sur un coup de tête, un peu comme la façon dont le système de crédit social chinois fonctionne.

L’Ukraine n’est que le premier domino d’une longue chaîne qui doit conduire à un système économique mondial centralisé entre les mains des élites financières.

Il existe des moyens de le perturber, et il se peut que le plan ne réussisse pas du tout, mais il est impossible d’éviter la douleur économique qui sera causée entre-temps. Tout ce que nous pouvons faire, c’est accepter que la troisième guerre mondiale est à nos portes et que les armes seront économiques plutôt que nucléaires.

https://exoconscience.com/lordre-dans-le-chaos-comment-le-conflit-ukrainien-est-concu-pour-profiter-aux-mondialistes/manipulations-gouvernance-mondiale/

Source : https://alt-market.us/world-war-iii-has-already-started-and-its-an-economic-war/

Traduction : https://exoconscience.com


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ! Merci beaucoup.


Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N’hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal Exoconsicence sur Telegram pour contourner la censure ! :

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Soxus
Soxus
10 mois il y a

C’est l’annulation de l’espace Europe qui en sortira car dans la Manche de carte , il y a Donald Trump et le retour des républicains pour casser la dynamique de guerre voulue par les banques ou wef. .
L Europe paiera pour sa cupidité bourgeoise ; celle ci est raciste et n’aura reproché qu’jne chose à Adolf ; celle d’avoir fait du mal aux blancs . A l’évidence tuer 400 000 yéménites est normal, , selon les barbier, bhl et autres bergers de troupeau .

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x