Exoconscience.com

La vérité nous libérera

Le cas curieux de la télépathie des jumeaux et de l’intrication quantique biologique

Ce que nous observons à l’échelle quantique se produit-il également à l’échelle de la physique classique ? Existe-t-il des exemples ?

L’intrication quantique a été observée à de nombreuses reprises et elle est extrêmement fascinante, à tel point qu’Einstein l’a qualifiée d' »action étrange à distance ». L’intrication quantique se produit lorsque deux particules, dans leur état quantique, sont séparées l’une de l’autre et que, pourtant, lorsque vous faites quelque chose à l’une d’elles, l’autre fait exactement la même chose. Ce phénomène se produit quelle que soit la distance qui les sépare.

Par exemple, si l’on fait « tourner » l’une des particules, l’autre se met instantanément à tourner. Cela suggère que ces deux éléments de matière physique, apparemment « séparés », sont encore interconnectés d’une manière que nous ne comprenons pas encore tout à fait. Il semble qu’ils se « touchent » toujours et qu’ils soient connectés, ou bien que l’information voyage beaucoup plus vite que la vitesse de la lumière.

Mais une sorte d’intrication quantique peut-elle être observée à l’échelle de la physique « classique » ?

Si nous examinons les histoires de jumeaux, par exemple, l’intrication quantique pourrait être la réponse. Nous y reviendrons (la science) après avoir examiné quelques exemples.

Ce genre de sentiment est présent dans la littérature depuis un certain temps, à savoir qu’il y a quelque chose entre les jumeaux, et cela m’a amené à me demander s’il y avait vraiment quelque chose dans tout cela.

Dans leur livre « The Encyclopedia of Superstitions », les folkloristes E. et M.A. Radford notent que :

  • « Une croyance très répandue veut que les jumeaux, en particulier les vrais jumeaux, soient unis par un fort lien de sympathie qui fait que chacun sait qu’un danger ou un malheur menace l’autre, même lorsqu’ils sont séparés. De la même manière mystérieuse, tout état particulier de bonheur ou de bien-être chez l’un des jumeaux se reflète dans les sentiments de l’autre. On dit souvent que si l’un des jumeaux meurt, l’autre ne vivra pas longtemps après ».

En 1844, Alexandre Dumas a publié « Les frères corses », qui raconte l’histoire de deux frères autrefois conjoints, séparés à la naissance. Mais même à l’âge adulte, ils ont continué à partager non seulement des pensées, mais aussi des sensations physiques.

Comme le décrit l’un des jumeaux,

  • « Quelle que soit la distance qui nous sépare aujourd’hui, nous avons toujours un seul et même corps, de sorte que toute impression, physique ou mentale, perçue par l’un d’entre nous a des répercussions sur l’autre. »

En 2017, deux sœurs jumelles âgées de 97 ans, Martha Williams et Jean Haley, sont mortes à l’extérieur de leur maison de Rhode Island après avoir trébuché et être tombées dans le froid, mourant de froid. Trois ans plus tôt, en 2014, deux jumelles identiques, Helen Mae Cook et Clara Mae Mitchel, âgées de 83 ans, sont décédées à un jour d’intervalle (bien que les circonstances aient été différentes : l’une est morte soudainement d’une crise cardiaque et l’autre après une longue lutte contre la maladie d’Alzheimer).

Des histoires comme celle-ci existent et ont été diffusées dans les domaines de la fiction et de la non-fiction pendant des années. Mais pour chaque histoire de ce type, il y en a beaucoup d’autres qui contredisent ce que je viens d’évoquer.

La plupart des preuves de la télépathie entre jumeaux ne sont pas scientifiques (nous aborderons bientôt les études qui le sont), mais plutôt anecdotiques.

Par exemple, en 2009, une adolescente britannique nommée Gemma Houghton se trouvait chez elle lorsqu’elle a soudain eu le sentiment que sa sœur jumelle, Leanne, avait besoin d’aide. « J’ai eu le sentiment qu’il fallait aller la voir, je suis donc allée dans la salle de bain et elle était sous l’eau », a-t-elle déclaré. Gemma a trouvé Leanne dans une baignoire, inconsciente. Elle avait eu une crise d’épilepsie et avait glissé sous l’eau, manquant de se noyer. Gemma a appelé les secours et a administré les premiers soins, sauvant ainsi la vie de sa sœur.

Cet exemple est généralement utilisé, mais le fait que Leanne ait souffert de nombreuses crises similaires dans le passé et que le reste de sa famille (y compris sa sœur) ait été averti de garder un œil sur elle est généralement omis dans l’histoire.

Cela dit, il existe des cas intéressants qui ne s’expliquent pas facilement.

La science. Des découvertes très intéressantes

Une expérience date de 1965 et a été publiée par TD Duane et Thomas Behrendt du département d’ophtalmologie du Jefferson Medical College de Philadelphie (Pennsylvanie). L’article s’intitule « Extrasensory electroencephalographic induction between identical twins » (induction électroencéphalographique extrasensorielle entre des jumeaux identiques). (Lire l’article ici)

Ils ont constaté que « des rythmes cérébraux alpha ont été déclenchés chez une paire de vrais jumeaux après avoir été évoqués de manière conventionnelle uniquement chez l’autre ».

L’article souligne que les ondes alpha sont ressenties lorsque les sujets ferment les yeux, lorsqu’ils fixent un fond uniforme sans motif ou lorsqu’ils sont assis dans l’obscurité avec les yeux ouverts. Ces méthodes produisent des résultats immédiats et reproductibles, c’est pourquoi elles ont été utilisées.

Le document explique :

  • « Les jumeaux étaient assis dans des pièces éclairées séparées, à 6 m l’un de l’autre, et avaient pour instruction d’ouvrir et de fermer les yeux uniquement sur commande. Des électrodes ont été insérées en sous-cutané sur les protubérances occipitales. Une électrode EEG standard a été utilisée comme masse. Les signaux amplifiés ont été enregistrés sur un dynographe Beckman et un Visicorder Honeywell. Les sujets ont été invités à s’asseoir tranquillement, à rester sereins et à laisser leurs yeux ouverts, sauf indication contraire.
  • L’induction extrasensorielle est l’apparition, sans sollicitation conventionnelle, d’un rythme alpha chez un jumeau alors qu’il est évoqué dans des conditions normales chez l’autre ».

Cela signifie, encore une fois, que ce qui est fait chez un jumeau, comme l’évocation d’un rythme cérébral alpha volontairement, se produit simultanément chez l’autre jumeau de manière automatique. Comme l’intrication quantique…

  • « À ce jour (1965), l’induction extrasensorielle a été constatée chez deux paires de jumeaux sur les quinze testées… Pour établir la validité de ces résultats, les tests ont été répétés à plusieurs reprises. L’induction extrasensorielle des ondes cérébrales existe entre les individus lorsqu’ils sont complètement séparés ».

Fascinant, non ?

Les chercheurs n’ont tiré aucune conclusion de l’étude, et la manière dont cela s’est produit reste un mystère complet. Il est également important de souligner que l’induction extrasensorielle ne s’est pas produite dans toutes les paires de jumeaux étudiées, mais seulement dans deux séries de jumeaux. Il serait intéressant de savoir pourquoi elle ne s’est pas produite dans les autres paires.

Cela dit, même si l’on étudiait un millier de paires de jumeaux et que le phénomène ne se produisait que chez l’un d’entre eux, il n’en resterait pas moins fascinant.

D’autres études ont également examiné ce phénomène. L’une d’entre elles, publiée en 2012 et intitulée « Entangled in the Womb ? A pilot study on the possible psychological connectedness between identical twins with different embryonic backgrounds » (Enchevêtrement dans l’utérus ? Une étude pilote sur les liens psychologiques possibles entre des jumeaux identiques ayant des antécédents embryonnaires différents) évoque l’intrication quantique comme explication possible.

Les chercheurs écrivent,

  • « Des spéculations ont été faites selon lesquelles ces phénomènes (d’induction extrasensorielle) pourraient être expliqués par l’enchevêtrement quantique au niveau biologique. La transition entre les effets quantiques biologiques possibles et les relations causales qui se produisent au niveau classique n’a pas fait l’objet de recherches. À cet égard, il convient de noter qu’à l’origine, les vrais jumeaux étaient complètement « enchevêtrés » physiquement dans une seule cellule (une chaîne d’ADN), et l’on peut supposer que même cette forme d’enchevêtrement pourrait créer une prédisposition à ce type d’expériences. L' »identité » génétique est toutefois beaucoup plus complexe que le fait d’avoir un ADN identique à 100 %. Tout d’abord, les jumeaux monozygotes présentent des développements génétiques non identiques puisque des gènes différents sont activés. Deuxièmement, le zygote peut se diviser en deux embryons à des moments différents, entre 0 et 11 jours environ après la conception, ce qui influe sur la durée pendant laquelle les deux futurs individus ont partagé les mêmes corps cellulaires »

Les chercheurs expliquent que les sentiments de type « paranormal » entre jumeaux sont assez courants. Cette constatation est intéressante car elle est en corrélation avec le phénomène physique de l’induction électrosensorielle observé chez certaines paires.

Les chercheurs expliquent :

  • « Les expériences télépathiques remontent aux travaux de Francis Galton. Depuis lors, de nombreuses affirmations ont été faites selon lesquelles certains jumeaux qui sont physiquement éloignés l’un de l’autre montrent une sensibilité aux pensées, aux émotions ou aux actions, aux douleurs et aux sensations de l’autre. Les auteurs d’une grande enquête menée au Royaume-Uni ont constaté que 39 % des jumeaux pensaient avoir « la capacité de savoir ce qui arrive à leur partenaire », et que 15 % en étaient convaincus. Les jumeaux identiques étaient deux fois plus susceptibles que les jumeaux non identiques de faire état de ces expériences. Ces résultats ont été confirmés par une enquête suédoise dans laquelle 60 % des jumeaux ont fait état d’expériences de type télépathique. En outre, les fréquences étaient significativement plus élevées chez les vrais jumeaux et significativement liées au degré d’attachement entre les paires de jumeaux. Environ un dixième des vrais jumeaux déclarent avoir des expériences régulièrement ».

L’étude souligne également que nombre d’entre eux ont l’impression de vivre régulièrement des expériences physiologiques synchrones.

  • « Étant donné que la fréquence de ce type d’expériences est nettement plus élevée chez les jumeaux monozygotes et que le degré d’attachement est lié à la fréquence de ces expériences, la parenté génétique ou le lien social peut être un facteur de prédisposition à ce type d’expériences. Cette hypothèse est étayée par les résultats, basés sur des données phénoménologiques provenant de recueils de cas et d’enquêtes dans plusieurs comtés, selon lesquels, dans la grande majorité des cas, le contenu de ces expériences est lié à une personne émotionnellement proche de l’expérience ».

Une autre étude a été publiée par les mêmes chercheurs sous le titre « Further possible physiological connectedness between identical twins : The London Study », si elle vous intéresse.

Un autre exemple d’activité quantique à l’échelle classique ?

Les expériences de physique quantique sont extrêmement fascinantes, déroutantes et difficiles à comprendre, et ce parce que la plupart de ce que certaines expériences déduisent est tout simplement hallucinant et souvent impossible à imaginer. C’est un domaine qui fait intervenir la conscience et, dans certains cas, ce que d’aucuns considèrent comme une activité de type « paranormal ».

En effet, il a été démontré que les facteurs associés à la conscience, aux pensées, aux intentions, aux sentiments et aux perceptions peuvent interagir et interagissent effectivement avec la matière physique au niveau quantique. Il existe également des preuves suggérant que la conscience humaine peut également interagir avec la matière physique à l’échelle classique.

Comme l’a souligné l’Institut chinois de l’énergie atomique en 1991, dans une étude archivée par la CIA :

  • « De tels phénomènes et capacités paranormales du corps humain sont inimaginables pour les gens ordinaires. Pourtant, ils sont bel et bien réels. »

Par exemple, un document dont j’ai parlé précédemment, intitulé « Research Into Paranormal Ability To Break Through Spatial Barriers » (Recherche sur la capacité paranormale à franchir les barrières spatiales), passe en revue des expériences menées par l’Aerospace Medicine Engineering Institute de Pékin, qui, selon la CIA, était « probablement exploité par l’armée ».

Le rapport a été publié dans le numéro de juillet 1990 du Chinese Journal of Somatic Science (Kongzhi et al., 1990 ; Jinggen et al., 1990 ; Banghui, 1990) et a été traduit en anglais par la DIA (Defense Intelligence Agency).

Le document présente des expériences impliquant l’enregistrement vidéo et la photographie à grande vitesse du transfert d’échantillons (noix, paquets d’allumettes, pilules, clous, fil, papier photosensible, papier traité chimiquement, éponges trempées dans du FeCl3, etc.) à travers les parois d’enveloppes en papier scellées, de sacs en papier double couche de type KCNS, de bouteilles en verre scellées, de tubes avec bouchons scellés et de boîtes de film plastique scellées, sans que les parois de ces contenants ne soient percées.

Toutes les expériences ont été réalisées avec des enfants et des jeunes adultes doués, qui possédaient des capacités PK (psychocinétiques) extraordinaires bien connues, leur permettant de téléporter les différents spécimens testés.

Il s’agit d’un phénomène que nous avons déjà observé dans des expériences quantiques, comme le tunnel quantique, par exemple.

Il y a donc lieu de s’interroger. Ce que nous observons au niveau quantique peut, d’une manière que nous ne comprenons pas, s’appliquer parfois au niveau classique.

Il s’agit de la parapsychologie, l’étude de phénomènes tels que la télépathie, la clairvoyance, la vision à distance, la guérison à distance, la connexion corps-esprit et bien d’autres encore. Chacun de ces phénomènes a des liens étranges mais fascinants avec la mécanique quantique. Les études menées dans le cadre de la parapsychologie ont donné des résultats reproductibles et statistiquement significatifs. .

  • « Ce qui m’a convaincu, ce sont les preuves, les preuves qui se sont accumulées au fur et à mesure que je travaillais dans ce domaine et que je voyais de plus en plus de preuves. J’ai visité les laboratoires, même au-delà de mon lieu de travail, pour voir ce qu’ils faisaient et j’ai pu constater qu’ils avaient des contrôles très stricts… J’ai donc été convaincu par la qualité de la science que j’ai vue s’accomplir. En fait, je dirais qu’en tant que statisticien, j’ai été consulté dans de nombreux domaines scientifiques différents ; la méthodologie et les contrôles de ces expériences sont plus stricts que dans n’importe quel autre domaine scientifique où j’ai travaillé ».
  • Jessica Utts, professeur émérite au département des statistiques de l’université de Californie à Irvine.

Ce qu’il faut retenir

Il existe un certain nombre d’exemples de personnes douées qui accomplissent des choses extraordinaires, considérées comme impossibles par le monde universitaire. Peut-être que ce que nous croyons sur la nature de la réalité, ou ce que l’on nous a fait croire, empêche certains esprits de s’ouvrir à de tels phénomènes, mais il n’en reste pas moins qu’ils ont été étudiés, observés et documentés aux plus hauts niveaux de l’État depuis de nombreuses années.

Les exemples évoqués dans cet article ne sont pas aussi choquants et révélateurs que d’autres dont j’ai parlé.

Ce que je trouve intéressant, ce sont les questions suivantes :

Pourquoi la plupart des documents disponibles sur ce sujet proviennent-ils des ministères de la défense de plusieurs pays ?

Pourquoi les études sont-elles classées et secrètes et ne sont-elles pas vraiment mises à la disposition du public ou ouvertes à son examen ?

Pourquoi ces questions sont-elles étudiées au plus haut niveau du gouvernement, alors qu’elles sont complètement ignorées et non reconnues dans le monde universitaire ?

Je crois sincèrement que tous les êtres humains possèdent des capacités dont nous n’avons pas encore conscience, et je pense que cela a été très bien démontré. Dans une société libre, ouverte et transparente, nous utiliserions ces concepts et en apprendrions davantage à leur sujet, simplement parce qu’ils semblent faire naturellement partie de la curiosité de l’être humain. L’étude de ces domaines peut réellement élargir la conscience humaine et notre compréhension des sciences non matérielles.

Cela étant dit, je ne crois pas que les êtres humains soient capables d’élargir leur esprit au point d’utiliser certaines des capacités paranormales dont on parle souvent. Notre culture générale quotidienne peut être très distrayante.

De plus, la collectivité, dans un certain sens, a soif de pouvoir, de service à soi-même et du désir de progresser d’une manière matérialiste. Nous n’avons pas tous le niveau de conscience nécessaire pour être vraiment responsables de ces « capacités » présentes dans notre expérience humaine.

C’est comme la technologie, nous pouvons l’utiliser pour fabriquer des armes, gagner de l’argent, ne pas la partager ou l’utiliser pour le bien collectif. C’est un choix, mais qu’est-ce qui motive nos choix ? Ce ne sont pas nos capacités ou notre technologie qui peuvent créer le changement, c’est le niveau de conscience à partir duquel nous opérons et l’endroit de l’intérieur où nous mettons en œuvre ces solutions, et non les solutions elles-mêmes.

En fin de compte, nous sommes tous connectés à plus d’un titre.

Source : https://www.thepulse.one/p/the-curious-case-of-twin-telepathy

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x