Exoconscience.com

La vérité nous libérera

L’EPA s’apprête à lâcher des milliards de moustiques génétiquement modifiés supplémentaires

Les faits :
Au cours des dernières années, des milliards de moustiques génétiquement modifiés ont été libérés dans de nombreux pays.
L’Agence américaine de protection de l’environnement vient d’approuver la libération de 2 milliards de moustiques supplémentaires aux États-Unis pour lutter contre la transmission du virus Zika et d’autres virus.
De nombreuses inconnues et de nombreux risques potentiels sont ignorés alors que le gouvernement prétend que tout cela est sans danger.
Oxitec, la société qui produit ces organismes, est financée par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Réfléchissez :
Les organismes fédéraux de réglementation de la santé ont une longue histoire d’ignorance des dangers potentiels et des préoccupations de divers produits.
Nous assistons à la même chose avec la libération de moustiques génétiquement modifiés sans le consentement des citoyens qui vivent dans ces zones.
Les agences chargées de veiller à notre bien-être et à celui de la planète le font-elles vraiment ?

*

Le 7 mars, l’Agence de protection de l’environnement (EPA) a approuvé une modification du « permis d’utilisation expérimentale » permettant à la société Oxitec de libérer deux milliards de moustiques génétiquement modifiés supplémentaires. Oxitec est principalement financée par la Fondation Bill & Meldina Gates ainsi que par le Wellcome Trust, dirigé par l’ancien Premier ministre australien Julia Gillard.

Les tests de ces organismes sont en cours depuis plusieurs années. Ce nouveau permis permet simplement, selon l’EPA, « d’étendre les tests de moustiques Aedes aegypti (OX5034) génétiquement modifiés pour réduire les populations de moustiques. »

Auparavant, une EUP avait été accordée en mai 2020, permettant à Oxitec de tester sur le terrain l’utilisation de ces moustiques en Floride et au Texas. Cette approbation a permis la libération de plus d’un milliard de moustiques génétiquement modifiés.

Le nouvel EUP permet à l’entreprise de poursuivre le lâcher jusqu’au 30 avril 2024. Elle élargit également le territoire, permettant pour la première fois l’extension du lâcher dans quatre comtés de Californie, soit 29 400 acres dans les comtés de Stanislaus, Fresno, Tulare et San Bernardino.

L’EPA explique,

  • « Les moustiques Aedes aegypti, qui font partie des espèces de moustiques envahissantes les plus courantes aux États-Unis, peuvent transmettre à l’homme des maladies telles que la dengue, le Zika et le chikungunya ; par conséquent, la lutte contre les moustiques est importante pour protéger la santé humaine. En outre, l’utilisation de moustiques modifiés spécifiques à une espèce pourrait réduire l’utilisation de pesticides pour la lutte contre les moustiques. Cela pourrait être particulièrement bénéfique pour les communautés densément peuplées qui ont des préoccupations de justice environnementale. Ces communautés pourraient présenter un risque plus élevé d’exposition aux moustiques, de transmission de virus et d’exposition aux pesticides dans le cadre de la lutte contre les moustiques. »

Les moustiques mâles modifiés peuvent s’accoupler avec des moustiques femelles et produire une progéniture faible qui n’atteint jamais l’âge adulte, ce qui réduit la population totale et, par conséquent, le taux de propagation des maladies. Ceci est dû au fait que les moustiques mâles ont été modifiés pour porter un gène qui rend leur progéniture femelle dépendante de l’antibiotique tétracycline. Comme le cycle d’accouplement se répète sur plusieurs générations, le nombre de femelles est théoriquement réduit et la population est supprimée.

Les moustiques mâles ne boivent pas de sang humain, et comme tous les moustiques sont des mâles, il n’y a apparemment aucune raison de s’inquiéter.

Selon l’EPA,

  • « Les données soumises par Oxitec démontrent que les moustiques OX5034 répondent aux normes de la FIFRA, à savoir qu’ils ne causent pas d’effets néfastes déraisonnables pour les humains ou l’environnement… Oxitec peut libérer des moustiques OX5034 mâles adultes, qui ne piquent pas les gens. »

Mais est-ce vrai ? En 2012, Hadyn Parry, qui était le PDG d’Oxitec à l’époque, a déclaré qu’environ 1 moustique sur 3000 génétiquement modifié relâché est effectivement femelle. Que se passe-t-il s’ils piquent les humains dans la région ? Que se passe-t-il s’ils piquent d’autres animaux ? De plus, la tétracycline étant présente en grande quantité dans l’environnement, que se passe-t-il si la progéniture y accède en piquant certains animaux qui prennent cet antibiotique ? Si un moustique femelle, fille d’un moustique modifié, pique de la viande ou un animal contenant de la tétracycline, elle peut survivre et se reproduire.

Selon un article publié dans Nature Biotechnology en 2011, 3,5 % des insectes testés en laboratoire ont survécu jusqu’à l’âge adulte, bien qu’ils soient vraisemblablement porteurs du gène létal. Et ce, sans qu’ils aient accès à la tétracycline.

Le fait est que la tétracycline est disponible en abondance dans l’environnement, explique une étude publiée en 2021 dans Environmental Sciences Europe,

  • « La pollution par la tétracycline est une menace mondiale croissante pour la biodiversité aquatique et terrestre en raison de son utilisation sans précédent dans l’aquaculture, l’élevage et la prévention des maladies humaines. L’afflux de tétracycline peut annihiler la structure de l’écologie microbienne dans l’environnement et constituer une menace grave pour les humains en perturbant la chaîne alimentaire. »

Mais l’EPA affirme qu’il n’y a qu’une « chance infime que les sources environnementales de tétracycline puissent avoir suffisamment de tétracycline présente pour agir comme un contre agent au trait létal du moustique femelle OX5034. »

C’est inquiétant étant donné que l’EPA mise sur l’espoir que cette progéniture génétiquement modifiée mourra. La question est de savoir ce qui se passera si ce n’est pas le cas. Ni l’EPA ni Oxitec n’abordent ces possibilités. En outre, comment peut-on mesurer et contrôler correctement un tel produit ?

Il y a beaucoup d’inconnues, et cela semble être une grande expérience sans notre consentement. L’EPA explique,

  • « Oxitec n’est pas tenu, en vertu de la règle de l’EPA sur les études humaines, d’obtenir le consentement éclairé des personnes vivant dans les zones où les moustiques Oxitec seraient relâchés. »

Cela s’explique par le fait que la recherche liée à la libération de ces moustiques par Oxitec ne répond pas à la définition réglementaire de la recherche impliquant des sujets humains.

Les critiques accusent depuis longtemps Oxitec de manquer de transparence. En 2012, l’Institut Max Planck de biologie évolutive, en Allemagne, a examiné les informations relatives aux lâchers d’insectes modifiés dans l’environnement en Malaisie et à Grand Cayman, qui ont été effectués par Oxitec. Les conclusions des scientifiques suggéraient qu’il y avait « des déficits dans la qualité scientifique des documents réglementaires et une absence générale de descriptions expérimentales précises disponibles avant le début des lâchers. »

En 2019, leur ton a un peu changé, mais ils ont toujours souligné l’importance du consentement éclairé,

  • « Dans tous les cas, les conséquences possibles doivent être soigneusement examinées et les avantages et inconvénients pondérés les uns par rapport aux autres avant de libérer des moustiques génétiquement modifiés dans l’environnement. Et, bien sûr, la population locale doit être impliquée non seulement dans ces décisions mais aussi dans la recherche et la mise en œuvre de ces approches puissantes sur le terrain. »

Ce n’est pas que ces moustiques ne fonctionneront pas et qu’ils tueront les populations d’insectes responsables de la propagation de maladies mortelles, en particulier dans les régions frappées par la pauvreté. Le fait est que nous ne connaissons pas les autres conséquences qui peuvent résulter de ces lâchers. Il y a tellement de questions sans réponse et de possibilités de conséquences désastreuses à long terme. Les moustiques sont également un élément vital de l’écosystème à divers égards, tout comme de nombreuses autres formes de vie.

Cet article présente simplement une partie des préoccupations. Une autre a été expliquée par Joe Cummins, professeur de génétique de longue date à l’université Western, à London, en Ontario,

  • « Il existe un potentiel pour que ces gènes, qui sautent d’un endroit à l’autre, infectent le sang humain en trouvant une entrée par des lésions cutanées ou des poussières inhalées. Une telle transmission pourrait potentiellement causer des ravages dans le génome humain en créant des « mutations d’insertion » et d’autres types imprévisibles de dommages à l’ADN. »

Aucune évaluation correcte des risques n’a été faite, et encore une fois, ce type de chose est extrêmement difficile à surveiller.

Un autre article publié dans Nature en septembre 2019 a souligné qu’il n’est « pas clair » comment ces moustiques génétiquement modifiés affecteront même la transmission de la maladie ou affecteront d’autres efforts pour contrôler ces virus dangereux. Ils ont également constaté que l’efficacité du programme de libération qui a débuté il y a quelques années en Amérique du Sud a commencé à se briser après environ 18 mois, c’est-à-dire que la population qui avait été fortement supprimée a rebondi pour atteindre presque les niveaux d’avant la libération. Ils soulignent, comme mentionné plus haut, « l’importance de mettre en place un programme de surveillance génétique pendant les lâchers d’organismes transgéniques afin de détecter les conséquences imprévues. »

Un rapport publié dès 2012 par GeneWatch UK, Testbiotech, la Déclaration de Berne, SwissAid et Corporate Europe Observatory explique les problèmes qui ont émaillé l’approbation des disséminations de ces insectes qui ont eu lieu ces dernières années dans de multiples régions du monde.

  • Les décisions réglementaires sur les insectes génétiquement modifiés en Europe et dans le monde sont biaisées par les intérêts des entreprises, la société britannique de biotechnologie Oxitec ayant infiltré les processus décisionnels dans le monde entier. Cette entreprise a des liens étroits avec la multinationale Syngenta, spécialisée dans les pesticides et les semences. Oxitec a déjà procédé à des lâchers ouverts à grande échelle de moustiques génétiquement modifiés dans les îles Caïmans, en Malaisie et au Brésil et développe des parasites agricoles génétiquement modifiés, conjointement avec Syngenta.
  • L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) est l’un des nombreux exemples montrant comment l’industrie organise son influence. Au sein du groupe de travail de l’EFSA sur les insectes génétiquement modifiés, qui a été créé pour élaborer des lignes directrices pour l’évaluation des risques liés aux insectes génétiquement modifiés, il existe plusieurs cas de conflits d’intérêts, notamment des experts ayant des liens avec Oxitec qui n’ont déclaré que partiellement leurs intérêts. Le projet de lignes directrices sur l’évaluation des risques des insectes génétiquement modifiés présente des lacunes importantes : par exemple, il ne prend pas en compte les impacts des insectes génétiquement modifiés sur la chaîne alimentaire. Les insectes GM d’Oxitec sont génétiquement modifiés pour mourir principalement au stade larvaire, de sorte que les larves GM mortes entrent dans la chaîne alimentaire à l’intérieur de cultures alimentaires telles que les olives, les choux et les tomates.
  • Les insectes GM vivants pourraient également être transportés sur les cultures vers d’autres exploitations ou d’autres pays. L’EFSA a exclu de son projet d’orientation toute considération de ces questions importantes. De nombreuses autres questions ne sont pas correctement abordées. Un projet financé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a permis à l’entreprise de contourner les exigences de consentement éclairé pour la libération de moustiques GM. Le projet Mosqguide financé par l’OMS, qui était censé développer les meilleures pratiques, a également permis à l’entreprise d’obtenir l’approbation des régulateurs brésiliens pour lâcher 16 millions de moustiques GM avant que le projet de réglementation sur la libération d’insectes GM n’ait été finalisé ou adopté, sans publier d’évaluation des risques.

Le rapport décrit également comment Oxitec influence la réglementation dans le monde entier, notamment par les moyens suivants

  • Des tentatives pour définir le « confinement biologique » des insectes (qui sont programmés pour mourir au stade larvaire) comme une utilisation confinée, en faisant passer les exigences d’évaluation des risques et de consultation sur les décisions de lâcher d’insectes GM dans l’environnement.
  • Tentatives d’éviter toute réglementation des parasites agricoles GM sur les cultures qui se retrouveront dans la chaîne alimentaire.
  • L’évitement de toute discussion sur la manière dont les insectes GM peuvent être contenus sur un site, ou dont les produits fabriqués à l’aide d’insectes GM peuvent être étiquetés.
  • Exclusion de nombreuses questions importantes des évaluations des risques, y compris les impacts des moustiques GM survivants sur l’environnement et la santé, et les impacts de l’évolution des populations de moustiques sur l’immunité et les maladies humaines.
  • Non-respect du processus de notification transfrontalière pour les exportations d’insectes GM.
  • La remise en cause de l’obligation d’obtenir un consentement éclairé pour les expériences impliquant des espèces d’insectes qui transmettent des maladies.
  • Tentative d’éviter toute responsabilité en cas de problème.
  • la mise en œuvre de lâchers ouverts à grande échelle de moustiques génétiquement modifiés avant l’adoption de directives ou de règlements pertinents.


Pour certaines personnes, il est difficile de donner un sens à de tels programmes, c’est pourquoi d’autres théories commencent à émerger concernant des mesures comme celle-ci. On ne sait pas grand-chose des lâchers de milliards de ces insectes qui ont eu lieu au cours des dernières années.

Source : https://thepulse.one/2022/03/17/us-epa-set-to-release-billions-more-genetically-modified-mosquitoes/

Traduction : https://exoconscience.com


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ! Merci beaucoup.


Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N’hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal Exoconsicence sur Telegram pour contourner la censure ! :

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Serje
Serje
1 année il y a

Bjr apparemment sans danger, comme beaucoup de production humaines,a savoir que il moins de gens qui sur terre ???????

Onkel Jacques
Onkel Jacques
6 mois il y a

Je cherche à vérifier l’exactitude de telles informations

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x