Exoconscience.com

La vérité nous libérera

Le nouveau film étrange d’Obama et l’extrême vulnérabilité de l’Amérique aux cyberattaques

Le film « Le Monde après nous« , basé sur le roman du même nom, récemment sorti sur Netflix, a fait couler beaucoup d’encre. L’intrigue tourne autour d’un effondrement catastrophique aux États-Unis déclenché par une cyberattaque (et une attaque massive de drones) qui coupe l’internet et perturbe l’économie mondiale, ce qui amène à se demander qui pourrait être à l’origine du sabotage.

L’aspect le plus intéressant du film n’est pas tant l’histoire (qui est au mieux terne) que le fait que Barack Obama ait été si profondément impliqué dans la réalisation du film en tant que producteur exécutif et conseiller sur le scénario. Cela a conduit de nombreuses personnes à suggérer que le film est en fait une programmation prédictive – de la propagande conçue pour acclimater les masses à l’idée d’un événement qui devrait se produire dans un avenir proche.

Des inquiétudes similaires ont été soulevées en 2021 lorsque le Forum économique mondial a supervisé un « jeu de guerre » appelé Cyberpolygon, un événement destiné à simuler une cyberattaque massive sur les fonctions vulnérables du web mondial. La raison pour laquelle Cyberpolygon a tant fait sourciller est parfaitement compréhensible : le WEF avait également organisé une autre simulation à la fin de l’année 2019, appelée Event 201. Ce jeu, auquel participaient les PDG de certaines des plus puissantes entreprises de santé et de médias au monde, ainsi que de nombreux responsables gouvernementaux, portait « par coïncidence » sur l’apparition d’une pandémie mondiale de coronavirus, et il s’est déroulé quelques mois seulement avant que la réalité ne se produise.

En d’autres termes, c’est comme si les mondialistes du WEF savaient que le covid était sur le point de frapper.

Bien que les interprétations hollywoodiennes des cyberattaques soient généralement exagérées en termes d’effets réels, il existe une menace très réelle et considérable associée à un tel désastre. Les soi-disant « experts » dans le domaine de la technologie écartent souvent les dangers plus vastes qui pèsent sur l’internet lui-même parce qu’ils ont été endoctrinés en croyant que la conception du web comportait trop de redondances. En d’autres termes, ils agissent comme si l’internet était invincible.

Ce n’est pas vraiment le cas. Bien que la perte de données puisse être évitée grâce au stockage en nuage, l’internet en tant que mécanisme peut toujours être arrêté ou mis hors service délibérément pendant de longues périodes.

Par le passé, j’ai écrit sur un événement très intéressant qui a été à peine couvert par les grands médias et qui s’appelle la « panne de Fastly ». En juin 2021, il y a eu une panne d’internet qui a conduit à l’obscurcissement complet de larges pans du web, y compris un certain nombre de sites d’information grand public, Amazon, eBay, Twitch, Reddit. Une multitude de sites web gouvernementaux ont également été mis hors service. Tout cela s’est produit lorsque la société Fastly, spécialisée dans les réseaux de diffusion de contenu (CDN), a été victime d’un « bug ». Bien qu’Amazon ait remis son site en ligne en 20 minutes, cette brève panne a coûté à l’entreprise plus de 5,5 millions de dollars de chiffre d’affaires.

Un réseau de diffusion de contenu est un réseau géographiquement distribué de serveurs proxy et de leurs centres de données. Ils constituent ce que l’on appelle la « colonne vertébrale » de l’internet.

Fastly a identifié et résolu le problème en deux heures et continue d’affirmer que la panne n’a rien à voir avec une cyberattaque. Cependant, une énorme vulnérabilité de l’internet (un centre de soutien structurel que Carl von Clausewitz aurait appelé un « schwerpunkt ») a été révélée au public. Une partie importante du web dépend d’une poignée de sociétés de CDN, dont Fastly.

C’est également grâce à la collusion avec ces entreprises que les gouvernements sont en mesure de mettre en place un « interrupteur d’arrêt d’internet » face à d’éventuels troubles civils. Une cyberattaque aurait simplement pour effet d’éliminer le gouvernement en tant qu’arbitre (ou d’agir comme un bouc émissaire sous fausse bannière afin que le gouvernement puisse éviter d’être blâmé). Mais que se passerait-il vraiment si nous perdions l’internet pendant une semaine, un mois ou un an ? Aux États-Unis, ce serait une catastrophe, car notre économie est devenue beaucoup trop dépendante de la numérisation.

Environ 10 % du PIB américain est directement lié au commerce en ligne. Cela semble peu, mais une perte de ce PIB entraînerait les États-Unis dans une récession immédiate et profonde. Environ 17 millions d’emplois aux États-Unis sont générés par les entreprises commerciales de l’internet, et environ 38 % de ces travailleurs sont employés par des petites entreprises. Selon des enquêtes, 70 % des travailleurs américains déclarent qu’ils ne peuvent pas faire leur travail efficacement sans accès à l’internet.

N’oublions pas que si la tendance au « travail à domicile » pendant les fermetures de covidus s’était maintenue, une part encore plus importante de l’économie dépendrait de la santé du web.

Les cinq secteurs considérés comme les plus vulnérables aux cyberattaques sont l’administration publique, les soins de santé et les produits pharmaceutiques, la finance et l’assurance, l’éducation et le commerce de détail. En d’autres termes, ce sont les secteurs qui sont le plus souvent attaqués. Les attaques contre les services publics vitaux sont généralement les éléments préférés des catastrophes décrites dans les romans et les films, mais elles sont en fait beaucoup moins inquiétantes. Le véritable danger réside dans la possibilité d’une attaque contre l’internet en tant que système. Il suffirait que quelques CDN ou plus soient touchés simultanément pour provoquer de vastes pannes en ligne.

Le plus important est la façon dont les banques et les finances internationales utilisent les réseaux en ligne pour maintenir les flux d’argent. Sans le web, la vitesse des échanges disparaît immédiatement et il faudra des années pour la rétablir après l’implosion.

Mais à qui profiterait une telle attaque ? Il est certain que des puissances étrangères pourraient voir dans la paralysie de l’infrastructure numérique américaine un moyen d’endommager gravement le pays sans avoir à se battre directement et militairement. Toutefois, les mondialistes en tireraient également un certain nombre d’avantages.

Par exemple, l’un des principaux obstacles rencontrés par les élites dans leur tentative d’instaurer la tyrannie médicale et la « grande remise à zéro » au cours de la période covidique a été la prolifération de données factuelles qui ont démenti la thèse de la pandémie. Les conservateurs américains représentaient un sérieux obstacle à leur réussite, des dizaines de millions de patriotes détenteurs d’armes à feu refusant d’obtempérer. Plus ils insistaient, plus le risque d’une insurrection armée augmentait.

Bien que l’establishment ait pu compter sur l’appui de tous les conglomérats technologiques pour censurer massivement les informations contraires, il n’a pas réussi à empêcher la propagation de la vérité : Covid était loin d’être la menace qu’ils avaient présentée, et le public en a rapidement pris conscience grâce aux médias alternatifs. Les élites n’avaient pas autant de contrôle sur le web qu’elles le pensaient.

En cas de cyberattaque à grande échelle, l’internet pourrait être complètement coupé, ne laissant que les médias d’entreprise pour filtrer l’information et contrôler le récit. Les médias alternatifs seraient réduits au silence et le public serait plongé dans la confusion, cherchant désespérément des réponses. Il est intéressant de noter qu’il s’agit là d’un thème central du programme « Le Monde après nous » d’Obama : l’idée d’une population totalement privée d’informations fiables et cherchant désespérément à savoir qui l’attaque.

L’internet est devenu un pilier essentiel des économies occidentales, à tel point qu’une majorité de personnes ne saurait pas comment vivre sans lui s’il venait à disparaître. Telle est la réalité inquiétante à laquelle nous sommes confrontés, alors que les conflits géopolitiques se multiplient et que les gouvernements se font de plus en plus oppressifs. Il semblerait que ce ne soit qu’une question de temps avant qu’une perturbation majeure ne se produise.

La solution est assez simple : la localisation du commerce et de la production est le moyen d’éviter l’effondrement complet du spectre, et les réseaux de communication alternatifs, tels que les réseaux de radioamateurs, peuvent empêcher le silence de l’information. Il n’y a aucune raison pour que les Américains soient soumis aux caprices du mondialisme, de la chaîne d’approvisionnement interdépendante ou de la numérisation ; ils peuvent et doivent créer leur propre plan de secours. Faire en sorte que les gens en prennent conscience et mettre en œuvre des mesures locales de base est là où nous rencontrons des difficultés. Malheureusement, de nombreux citoyens du premier monde partent du principe que le système sera toujours là pour eux lorsqu’ils en auront besoin, et ils ne recherchent activement des solutions que lorsque la catastrophe est à leur porte.

Source : https://alt-market.us/obamas-weird-new-movie-and-americas-extreme-vulnerability-to-cyber-attack/

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x