Exoconscience.com

La vérité nous libérera

Pourquoi les gens sont-ils si méchants ? Internet a-t-il détruit l’empathie et la compassion ?

Comment rester en contact avec les humains dans un monde où nous ne nous voyons ni ne nous entendons souvent ? Est-il possible de réveiller le cœur de l’humanité en ligne ?

Lorsque je regarde les réactions en ligne à ce qui se passe entre Israël et le Hamas, je vois beaucoup de douleur, de chagrin et de haine. Je peux bien sûr comprendre la difficulté du moment, la peine et le chagrin que les gens ressentent pour leurs frères et sœurs, mais je crois aussi que tout conflit est une opportunité.

Je crois que nous devons continuer à réveiller le cœur de l’humanité. Nous devons sortir de notre tête et de notre allégeance à une lignée ou à un point de vue politique, et nous tourner vers notre cœur. C’est là que nous avons de l’empathie, des liens et une façon différente de voir comment répondre aux événements qui se préparent depuis des décennies de traumatismes collectifs et d’agendas géopolitiques.

Je me souviens d’un article écrit en 2014 par un membre de l’équipe, à l’époque où tout notre travail se faisait par l’intermédiaire de Collective Evolution. Il traitait du comportement en ligne et de la rapidité avec laquelle nous nous tournons vers les insultes et déshumanisons les gens simplement parce que nous ne pouvons pas les voir.

J’ai pensé qu’il pourrait être utile en ce moment, alors je le republie ci-dessous pour que vous puissiez y réfléchir. Mais avant d’aborder cet article, je souhaite vous inviter à un moment de témoignage collectif.

En 2009, lorsque j’ai fondé Collective Evolution, je me suis sentie inspirée, entre autres, par l’idée de rassembler un grand nombre de personnes pour qu’elles adoptent une perspective plus neutre et plus curieuse à l’égard de la conscience collective et des événements actuels.

Comment pouvons-nous suspendre ce à quoi nous nous identifions quotidiennement et chercher à entendre, écouter et nous connecter à un niveau plus profond avec la nature holistique d’un événement ? Histoire, perspective, traumatisme, condition humaine, nature des systèmes, etc.

Pouvons-nous remarquer, au niveau individuel, comment nos histoires et nos perspectives façonnent et interprètent les événements ? Pouvons-nous ensuite étendre notre conscience à un niveau collectif où nous devenons curieux de savoir comment une culture, une histoire et une histoire traumatique produisent un événement ?

De ce point de vue, nous avons la possibilité de témoigner et d’intégrer l’intégralité de l’expérience – de tous les points de vue, sans dire qui a raison ou tort, mais en cherchant vraiment à témoigner et à comprendre les complexités de ce qui se déroule. Des traumatismes aux histoires et perceptions transmises qui engendrent l’aliénation et la séparation. Plus nous embrassons la séparation et sommes traumatisés, plus nous manquons de capacité à nous connecter et à nous comprendre les uns les autres.

Lorsque nous choisissons de témoigner de manière holistique, nous comprenons mieux ce qui est à l’origine de ce qui se passe. Grâce à cela, je crois que nous pouvons trouver la guérison, une solution et un moyen d’aller de l’avant. Cela nous permet d’envisager la situation à partir d’un niveau de conscience différent.

Je pense que 15 années de création de contenu à partir de cet objectif ont contribué à développer l’empathie et la compassion chez de nombreuses personnes. Je l’ai constaté dans les milliers de courriels que nous avons reçus au fil des ans, et je le vois et l’entends sur d’autres plateformes autour de l’internet.

J’espère que nous pourrons profiter de ce moment pour nous demander s’il ne s’agit pas aussi d’un moment d’intégration à un niveau plus profond.

Pour prendre le temps de témoigner collectivement, connectez-vous d’abord à votre cœur. Faites une pause, placez une main sur votre cœur et respirez dans l’espace avec l’intention de vous connecter avec gratitude à votre cœur. Après quelques minutes, essayez d’observer le moment et la situation avec une véritable curiosité. Soyez ouvert et curieux à l’égard des couches impliquées et des espaces à partir desquels les gens agissent, et résistez à l’envie de simplifier en disant « quelqu’un est mauvais ».

Que peuvent-ils ressentir ? Quelles sont les expériences qui ont conduit les gens à cette situation ? Qu’est-ce qui a pu pousser quelqu’un à se déconnecter d’une autre personne au point de vouloir la tuer ? Que peut-on faire pour toucher le cœur des gens ? Qu’est-ce qui pourrait être mieux que davantage de violence ?

Il n’est pas toujours facile de faire cela, mais je crois que cela a un potentiel légitime pour avancer sur la voie de la rupture des cycles étendus de la guerre et de la violence – surtout si c’est pratiqué collectivement.

Bien sûr, l’autre option est de faire ce que nous avons toujours fait, ce qui nous ramène sans cesse au même endroit…

8 mai 2014, Par Jeffrey Roberts

Il y a deux mois, j’ai lu un article que le Huffington Post avait publié sur une mariée qui est morte en sautant d’une falaise avec son mari lors de leur lune de miel. Après avoir lu l’histoire, j’ai ressenti une profonde tristesse pour les personnes impliquées dans la tragédie, versant même une larme empathique en pensant à quel point il aurait été vraiment horrible de vivre quelque chose comme ça.

J’étais curieuse de savoir ce que les autres avaient à dire sur cette histoire, et j’ai donc commencé à lire les commentaires ci-dessous. J’ai été complètement choquée par ce que certains avaient écrit. Une femme a écrit : « C’est bien fait pour elle ». « Une autre personne a répondu : « Quelle idiote !

Lors des Jeux olympiques d’été de 2012, le plongeur britannique Tom Daley a fait l’objet d’un commentaire plutôt répugnant sur Twitter après avoir perdu sa médaille d’or. L’intimidateur a écrit : « Tu as laissé tomber ton père, j’espère que tu le sais », faisant référence au fait que Daley espérait remporter la médaille d’or en l’honneur de son père, décédé l’année précédente d’un cancer du cerveau. Ce ne sont là que quelques exemples des commentaires insensibles qui sont faits en ligne tous les jours.

Où est l’empathie ? Où sont la compassion et l’humanité ?

Une chose que j’ai remarquée au cours de mon expérience à Collective Evolution (CE) et dans le monde de l’Internet en général, c’est le grand sentiment de déconnexion qu’il semble y avoir entre les gens et leurs mots. J’ai vu des gens se dire des choses assez méchantes dans les sections de commentaires, et même attaquer personnellement différents rédacteurs de l’équipe de CE pour des articles qui remettaient en cause leur système de croyances.

C’est particulièrement le cas lorsque des sujets sensibles sont abordés, tels que la religion, la science, l’orientation sexuelle, la santé, la politique, les ET, etc. Mais parfois, le harcèlement sort de nulle part. Un commentateur a commencé à insulter un auteur qui avait publié un article sur les problèmes de santé liés au thé non biologique, en se moquant de sa photo et en parlant de sa vie personnelle comme s’il la connaissait.

À vrai dire, l’internet peut être un monde perfide plein de cynisme, de harcèlement et d’intimidation, ce qui fait que de nombreuses personnes se sentent blessées ou offensées par les paroles non filtrées du public. La cyberintimidation est devenue un problème majeur dans la culture actuelle basée sur les médias sociaux, affectant 43 % des adolescents âgés de 13 à 17 ans[1].

Mais est-il dans notre nature d’être horribles les uns envers les autres ? La technologie est-elle en partie responsable de la désensibilisation des masses et de la perte d’empathie ?

Vous ne pouvez pas me voir donc….

La plupart du temps, les gens ne se parlent pas en public comme ils le font en ligne, mais il y a généralement un respect mutuel pour l’opinion d’autrui et une réciprocité égale dans le cadre d’une conversation ou d’un débat. Je vois ce genre de conversations saines dans mon café local lorsque j’y passe mes après-midi à écrire.

Les gens sont ouverts et sincèrement gentils les uns envers les autres, ils ne critiquent pas quelqu’un qui a une certaine croyance. La question se pose donc de savoir si les gens sont authentiques lorsqu’ils sont en public. Ou est-ce que leur personnalité en ligne est leur vrai moi, sans se soucier des conséquences parce qu’ils ne verront probablement jamais les gens avec qui ils parlent ?

Dans un article publié sur News.com et intitulé « Troll Psychology : Why People Are So Mean on the Internet », l’auteur Amanda Gardener fait allusion à une raison possible de cette franchise,

  • « La majorité de la communication est non verbale, composée du langage corporel, du contact visuel, du ton de la voix et des modèles de langage. Sans ces informations pour nous aider à traiter et à catégoriser les informations, notre esprit doit faire le tri dans l’incertain. Et grâce à un penchant préhistorique pour la lutte ou la fuite, le fait de ne pas être sûr de l’intention d’une autre personne entraîne souvent une réaction négative face à une menace perçue [source : Gardner].
  • Ce manque d’inhibition peut également être lié à la distance physique qui nous sépare des personnes auxquelles nous adressons nos commentaires. Il s’avère que plus on est proche physiquement d’une personne, moins on est susceptible d’être méchant. Par exemple, une étude récente a montré que les participants à un jeu télévisé étaient moins enclins à voter contre un concurrent qui se trouvait à côté d’eux que contre un concurrent qui se trouvait plus loin [source : Dallas]. »

Gary Small et Gigi Vorgan, de CNN.com, estiment que la désensibilisation commence dès le plus jeune âge, lorsque l’esprit en développement est exposé à une pléthore de vidéos et d’images choquantes et sensationnelles. Dans l’article « Is The Internet Killing Empathy ?« , les auteurs discutent des résultats de la Kaiser Family Foundation qui ont révélé que les jeunes de 8 à 18 ans passent en moyenne 11½ heures par jour à utiliser leur technologie[2].

  • « Leur cerveau est désormais « câblé » pour utiliser efficacement leurs gadgets technologiques afin d’effectuer plusieurs tâches à la fois : rester en contact avec leurs amis, envoyer des SMS et faire des recherches en ligne sans fin, exposant souvent leur cerveau à des images et des vidéos choquantes et sensationnelles. De nombreuses personnes désensibilisent leurs circuits neuronaux aux horreurs qu’elles voient, alors qu’elles ne reçoivent pas beaucoup, voire pas du tout, de formation hors ligne en matière de compétences empathiques ».

Cette déconnexion de l’émotion peut être un mécanisme mortel. Lorsque nous perdons de vue la compassion et l’empathie, nous perdons le contact avec ce que signifie être humain, et essentiellement la réalité.

Prenez du recul

Lorsque quelqu’un vous attaque en ligne pour une de vos convictions ou fait un commentaire négatif sur un sujet que vous jugez inapproprié, il est bon de prendre du recul avant de répondre.

Trop souvent, nous nous retrouvons en mode défense après que quelqu’un a attaqué quelque chose que nous avons dit. Cela est dû à l’attachement que nous avons pour nos systèmes de croyances, un lien fort que nous partageons avec les informations que nous avons acquises tout au long de notre vie. Les systèmes de croyance ont provoqué des guerres tout au long de l’histoire de l’humanité, ils peuvent être un puissant catalyseur.

Voici une bonne question à se poser avant de répondre à un commentaire négatif : Cela vaut-il la peine d’investir de l’énergie mentale dans une réponse ?

La plupart du temps, les gens ne veulent même pas entendre votre point de vue sur le débat, mais attendent simplement de pouvoir donner leur avis. Il est normal d’accepter de ne pas être d’accord, plutôt que d’essayer de prouver que quelqu’un a tort ou vice versa. Parfois, s’éloigner d’une conversation ou d’un débat sans issue peut être la chose la plus libératrice que l’on puisse faire, s’asseoir en paix dans son propre esprit avec sa compréhension plutôt que d’avoir à la justifier auprès de quelqu’un qui ne comprend pas où vous voulez en venir ou qui n’a tout simplement pas de respect.

Enfin, le seul outil qui, selon moi, peut réellement aider quiconque dans sa vie est l’utilisation de l’empathie. L’empathie consiste à se connecter et à comprendre la situation, les sentiments ou les difficultés d’une autre personne. En vous plaçant dans cet espace, vous vous imprégnerez d’une véritable compassion qui vous aidera à acquérir une véritable compréhension de la question en jeu. C’est un espace courageux dans lequel il faut se placer, en s’autorisant à identifier et à ressentir un sentiment qui n’est pas toujours bon. Mais si nous nous entraînions tous à faire preuve de plus d’empathie dans notre vie, le monde s’en porterait beaucoup mieux.

Nous avons tous des luttes à mener, nous sommes tous ici sur le même chemin humain et, en fin de compte, nous voulons tous la même chose : la paix. Ne l’oublions pas dans notre vie quotidienne !

Source : https://www.thepulse.one/p/why-are-people-so-mean-has-the-internet

Traduction : https://exoconscience.com

Partager l'article pour contribuer à l'information :
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mega
Mega
9 mois il y a

« Nous avons tous des luttes à mener, nous sommes tous ici sur le même chemin humain et, en fin de compte, nous voulons tous la même chose : la paix. Ne l’oublions pas dans notre vie quotidienne! »

Bien que la prétendue paix des uns passe si souvent par la violence consciente ou non envers les autres.

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x